/regional/montreal/montreal

Luc Ferrandez quitte la vie politique

Agence QMI 

Le maire de l'arrondissement du Plateau-Mont-Royal, Luc Ferrandez, a annoncé son départ de la vie politique, mardi.

Dans un long message publié sur sa page Facebook, M. Ferrandez a affirmé qu'il songeait depuis des mois à partir, en raison d'une «impression d'imposture».

 

«Plus précisément, j’ai l’impression de berner les citoyens en leur faisant croire que nous prenons collectivement tous les moyens qui s’imposent pour ralentir le rythme de destruction de notre planète», a écrit le maire démissionnaire.

Selon lui, sa présence au sein de Projet Montréal contribue à donner une image environnementaliste au parti de la mairesse Valérie Plante qu'elle n'aurait pas. «En démissionnant, je souhaite faire tomber cette image et forcer le groupe à regagner la confiance de l’électorat que je représente», a-t-il indiqué.

M. Ferrandez a souligné des gestes posés par son parti, incluant la volonté d'interdire le mazout d'ici 2030 à Montréal annoncée la semaine dernière, mais juge que ceux-ci sont restent «anecdotiques».

L'homme fort du Plateau-Mont-Royal, élu sans discontinuer à la mairie depuis 2009, a aussi déploré être «incapable d’influencer la mairesse sur la gravité de la situation et des mesures qui s’imposent», a-t-il écrit.

Plante réagit

La mairesse Plante a réagi en remerciant Luc Ferrandez, qualifié de «véritable acteur de changement» dans son arrondissement. «Si le Plateau est aujourd’hui l’une des destinations les plus courues des Montréalais.e.s et des touristes, c’est essentiellement grâce aux réalisations du maire et de son équipe», a vanté Valérie Plante par communiqué.

Celle-ci n'a cependant pas réagi aux critiques que lui a adressées Luc Ferrandez sur ses politiques vertes. Selon les informations de TVA Nouvelles, la mairesse aurait été surprise par cette démission.

Pas candidat aux élections fédérales

M. Ferrandez a assuré, dans sa lettre, qu'il ne veut pas affaiblir le leadership de la mairesse Plante ou se joindre à la bannière d'un autre parti. «J’espère au contraire que Projet Montréal restera fort et uni et qu’il remportera la prochaine élection», a-t-il assuré.

«Je reconnais toutefois que Valérie Plante est plus représentative de la population que je ne l’ai jamais été. Je ne lui dirai jamais assez souvent merci d’avoir pris le pouvoir à un moment si critique de l’histoire - face à un maire et un parti figés dans le passé – elle seule pouvait le faire. [...]Je la remercie aussi de m’avoir confié des projets de parcs, de rues et de places qui vont transformer Montréal», a-t-il ajouté.

Puisqu'il démissionne en milieu de mandat, Luc Ferrandez ne touchera pas d'allocation de transition, a-t-il indiqué.

Sa démission sera officiellement déposée en juin, date à partir de laquelle s'ouvrira le processus en vue de la tenue d'élections partielles pour lui trouver un successeur.