/regional/troisrivieres/mauricie

Vols d'imposantes statues dans un cimetière de Trois-Rivières

Charel Traversy | TVA Nouvelles 

Des voleurs aussi audacieux que mal avisés ont dérobé deux imposantes statues irremplaçables qui n'ont toutefois guère de valeur monétaire au cimetière Saint-Michel, à Trois-Rivières, probablement dans la nuit de dimanche à lundi.

Installées dans le cimetière en 1965, les statues de plus de 200 lb provenant de France ont donné du fil à retordre aux voleurs, eux qui ont dû scinder les vis les retenant à l'aide d'une meule.

Ils ont eu le temps d'en emporter deux avant, possiblement, d'être dérangés et de décamper, comme le suggèrent des marques de découpe sur les vis d'une troisième statue.

Or, si les malfaiteurs espéraient réussir un grand coup en dérobant ces pièces d'art, ils seront probablement déçus. «Les voleurs pensaient que c'était du bronze, mais c'est de la fonte. La fonte se vend 10 cents la livre. Ils n'auront rien, peut-être 50 ou 60 $», a expliqué le responsable du cimetière, Martin Bédard.

Il s'agit toutefois d'une mince consolation pour M. Bédard. «C'est un manque de respect. Je ne peux pas croire qu'en 2019, on est rendu à voler des statues», a-t-il dénoncé.

Ces statues ont une grande symbolique pour le cimetière St-Michel. Elle marque l'année de la construction du mausolée des Évêques-de-Trois-Rivières.

Les deux pièces d'art sont malheureusement irremplaçables. «Aujourd'hui, avoir des statues identiques en fonte, c'est impossible. Il n'y'a plus de moule pour construire ça. C'est l'histoire du cimetière et ils sont partis avec», a déploré M. Bédard.

La police de Trois-Rivières a ouvert une enquête. Des techniciens en identité judiciaire se sont rendus sur les lieux. Pour sa part, Martin Bédard lance un appel aux ferrailleurs et leur demande d'ouvrir l'oeil.