/news/society

Besoin de financement pour une clinique qui fonctionne sans médecin

TVA Nouvelles

Une clinique de Québec qui fonctionne sans médecin est toujours en activité, mais son financement est difficile, d'année en année.

La Coopérative de solidarité SABSA dessert plus de 2300 patients qui sont souvent sans médecin, dans des situations de vulnérabilité.

Les infirmières et les intervenants psychosociaux sur place tiennent le coup, mais ils ont parfois l'impression d'être sous respirateur.

«On a tellement eu de démarches avec le politique. Un moment donné, tu viens que tu baisses les bras», admet Isabelle Têtu, cofondatrice.

«Si on n'est pas là, bien, il y en a plusieurs qui n’auront juste pas de service de santé ou ils vont en avoir quand leur état va s'être tellement détérioré qu'ils vont se ramasser à l'urgence», ajoute Mme Têtu.

Après plus de 20 ans en politique, l'ex-députée péquiste Agnès Maltais s'est trouvé une nouvelle mission.

«Ils ne peuvent pas être soutenus entièrement par le réseau sinon ça jette à terre la formule. Donc, je vais m'occuper avec d'autres qui sont là de lever les fonds», explique la présidente de la fondation.

Il faudrait plus de 120 000 dollars par année pour la survie de la clinique.

La ministre de la Santé Danielle McCann a annoncé qu'elle souhaite financer la clinique. On ne sait pas encore à quelle hauteur, mais une annonce serait imminente.