/news/culture

Cardi B, Future et Snoop Dogg à Montréal ce weekend

Léa Papineau Robichaud | Agence QMI

FayesVision/WENN.com

Un tout nouveau festival aura lieu ce week-end sur l’Esplanade du Parc olympique, où des vedettes américaines telles que Cardi B, Future et Snoop Dogg sont attendues.

Le festival Metro Metro, qui commencera samedi, a été fondé par Olivier Primeau et l’équipe du Beachclub. L’événement est entièrement dédié à la musique urbaine. La programmation comprend des artistes de renom tels que A$AP Ferg, Sean Paul, Ludacris, Juice Wrld et Tyga.

«On va vraiment dans le hip-hop cette année, mais, dans trois-quatre ans, ça pourrait être n’importe quel autre genre de musique dans le style urbain. Le hip-hop, c’est vraiment la grosse mode en ce moment, alors on s’en va là», a expliqué le promoteur.

Artistes québécois

Une belle brochette de musiciens québécois de talents tels que Rymz, Laurence Nerbonne, Dead Obies, FouKi, Alaclair Ensemble et MTLord sera aussi du festival.

«Le rap kéb est tellement gros en ce moment, autant francophone qu’anglophone. Notre line-up d’artistes québécois seulement, on pourrait faire un festival juste avec eux. Normalement, ils jouent aux Francos ou dans des festivals comme ça. Là, ils vont jouer dans un festival pour eux autres. C’est super important pour nous», a souligné le copropriétaire du Beachclub.

L’idée de faire un festival sur l’Esplanade du Parc olympique est venue à Olivier Primeau lors d’un événement de sports extrêmes qui se tient sur le site chaque année.

«Ça fait peut-être un an et demi qu’on en parle, mais d’en parler et de le faire, c’est deux choses. Finalement, au mois de décembre, on s’est dit "On le fait!", a raconté l’entrepreneur. On a quand même une très belle notoriété avec tous les artistes qu’on "book" au Beachclub. On a appelé les agents des artistes et on leur a demandé si ça leur tentait. Ils ont collaboré tout de suite parce qu’il n’y a pas de festival hip-hop à Montréal.»

Le festival tire d’ailleurs son nom des deux bouches de métro que l’on retrouve sur l’Esplanade du Parc olympique. «On est super concept hein?! S’il faut déménager de site, on va être dans la marde! (rires) On voulait que le nom fasse béton et urbain», a lancé Olivier Primeau.

Plus sérieusement, le promoteur avoue trouver l’endroit vraiment génial pour un festival d’envergure, d’abord pour son décor, mais aussi pour sa facilité d’accès avec un stationnement et des stations de métro. Le lieu est trop peu connu du public selon lui. «Je pense que le monde va réaliser que c’est tout un set up qu’on a ici avec notre gros éléphant blanc qu’on aime ou n’aime pas. Ça va redonner vie au quartier Hochelaga! »

Pour Primeau et son équipe, il était aussi primordial que le festival Metro Metro se tienne au mois de mai. «La date était super importante pour nous. On ne voulait pas aller contre les gros monstres d’Evenko. On est au début de la saison et je pense que ça va bien partir l’été», a avoué le jeune trentenaire.

Bonne réponse du public

Commencer un festival implique son lot de défis. Parmi ceux-ci, la réponse du public est essentielle. «On vend en ce moment un dessin et un line-up, on ne peut pas vendre l’expérience comme c’est la première année», a indiqué Olivier Primeau. Le défi a cependant été relevé haut la main puisque les passes de deux jours sont presque toutes vendues.

«Maintenant, on sait qu’il va y avoir énormément de monde, alors notre but, c’est que l’expérience soit incroyable pour le festivalier. Le but, c’est que ça ne soit pas compliqué cette année, que la place soit belle, que le son soit bon, que l’expérience d’attente pour les toilettes ou autres kiosques soit bonne et, l’année prochaine, on va s’ajuster pour que ça soit encore mieux», a affirmé l’entrepreneur, qui promet «un gros gros party!».

Une année de festivals

Olivier Primeau et son équipe du Beachclub sont beaucoup dans les festivals cette année avec le festival Metro Metro, l’Oasis et le Montebello Rock.

«Au Beachclub, on a des petits festivals de 6000-7000 personnes toutes les fins de semaine. Là, on s’en vient dans les ligues majeures et c’est notre année. On a travaillé fort!», a lancé le promoteur.

Après le festival Metro Metro, la scène secondaire sera utilisée pour l’Oasis alors que la scène principale sera démontée. L’événement se déroulera durant quatre fins de semaine du 24 mai au 16 juin. «Ça va être un Beachclub urbain: des palmiers sur du béton et du bon son. On est là jusqu’après le Grand Prix. Avec le temps, ça va devenir de plus en plus gros. On a quand même un très beau line-up cette année. On est super contents! », a décrit Primeau.

Un créneau rock

Le copropriétaire du Beachclub a également accepté d’épauler Alex Martel, le fondateur du feu-Rockfest, dans son projet de relancer le festival de rock dans un format réduit portant le nom de Montebello Rock.

«J’étais vraiment content quand il nous a approchés en nous disant "je veux repartir plus petit pour remonter plus gros". Je ne pense pas qu’on aurait embarqué si ça avait été aussi gros qu’avant parce que c’est tellement un gros bateau à revirer et à travailler», a souligné Olivier Primeau.

«C’est 10 fois moins de budget qu’autrefois, mais je pense que les 10 000 personnes, au lieu des 30 000 qu’il y avait, qui vont être là par jour vont adorer ça. Tranquillement pas vite, on va remonter ça. En plus, nous, ça nous ouvre un autre créneau de fans», a ajouté l’entrepreneur.