/news/society

Noyade d’une fillette: le coroner souligne l’importance des cours de natation

Jasmin Dumas | TVA Nouvelles

La noyade de la fillette de huit ans survenue l'été dernier dans une rivière de Sherbrooke rappelle l'importance de suivre des cours de natation dès le plus jeune âge. C'est ce que conclut le coroner Richard Drapeau, qui vient de publier son rapport sur le décès de la petite Rahaf Sana Aidy.

Le 29 juillet dernier, la fillette et quatre autres enfants se sont installés sur une roche dans la rivière Magog, au centre-ville de Sherbrooke. Le coroner explique que Rahaf Sana Aidy a glissé et que deux autres jeunes se sont retrouvés également à l'eau en tentant de la secourir.

Les trois avaient «peu de connaissance et d'expérience en natation». Heureusement deux d'entre eux ont regagné la terre ferme, mais la petite Rahaf est disparue sous l'eau. Elle a été repêchée deux heures plus tard.

«Il s'agit d'un triste événement qui nous rappelle l'importance de suivre des cours de natation dès que possible et de se tenir loin des cours d'eau avec courant», note Me Drapeau.

Au lendemain de cet accident, TVA Nouvelles démontrait que les enfants avaient facilement eu accès à la rivière par ce qui ressemblait à un sentier balisé, mais qui n'en était pas un. Cet accès avait rapidement été bloqué par les autorités municipales.

«Par la suite, la Ville de Sherbrooke a entrepris des travaux à six endroits afin d'améliorer la sécurité de ses installations et ses parcs, a constaté le coroner. Dans un deuxième temps, la Ville de Sherbrooke a indiqué qu'elle inspectera progressivement les autres parcs ou sentiers aux abords des divers cours d'eau qui parcourent son territoire afin de repérer les endroits comportant des risques de chute ou permettant l'accès à des secteurs dangereux de ces cours d'eau.»

Dans la même catégorie