/finance/homepage

Un centre de préparation de commandes de 150 M$ à Montréal

Pierre-Olivier Zappa | TVA Nouvelles

Bonne nouvelle pour les commerçants du Québec confrontés à la féroce concurrence des géants, comme Amazon et Walmart.

Un des plus gros centres de préparation de commandes au Canada sera construit cette année à Montréal.

Deux entreprises québécoises spécialisées dans la logistique, Drakkar et Wiptec, investiront 150 millions $ pour construire un centre de distribution de 1 million de pieds carrés. Au moins 1000 emplois seront créés.

«Ça va permettre de rendre disponible à de plus petites ou moyennes entreprises des infrastructures qui leur permettront de concurrencer les plus gros joueurs du commerce en ligne», a expliqué en entrevue Michel Blaquière, président de Drakkar.

La popularité croissante du commerce en ligne force actuellement plusieurs entrepreneurs à fermer boutique ou à revoir leur modèle d’affaires.

En offrant de prendre en charge leurs activités de vente en ligne, Wiptec et Drakkar pensent pouvoir sauver des PME en difficulté.

«Vous passez de préparer des commandes à gauche ou à droite dans un sous-sol, à une entreprise de classe mondiale capable de vendre partout en ligne, a souligné Martin Ball, dirigeant de Wiptec. Nous mettons à la disposition des entreprises du Québec des outils et une logistique ultramodernes».

Wiptec opère déjà un centre de préparation de commandes à Sherbrooke, et gère la distribution de plusieurs entreprises bien connues comme Sports Experts et DavidsTea.

L’investissement de 150 millions $ à Montréal permettra de complémenter l’offre de service actuelle.

Immobilier

Alors que les centres commerciaux perdent de leur lustre, le commerce en ligne change les habitudes des investisseurs immobiliers.

Selon un rapport récent de l’Institut de la statistique du Québec, les investissements dans la construction de magasins physiques fléchiront de 9% en 2019.

À contrario, les investissements en entreposage et en transport dépasseront les 5 milliards $ au Québec, en hausse de 18% par rapport à l’an dernier.

«C’est l’effet Amazon, remarque Philippe R. Bertrand, spécialiste en commerce numérique. 38% des Québécois achètent sur Amazon chaque mois».

Dans ce contexte, les entreprises québécoises doivent mettre leurs efforts en commun estime-t-il.

«L’idée d’un centre de préparation de commandes est excellente. Cela répond à un besoin, car les commerçants doivent mutualiser leurs efforts pour concurrencer les géants internationaux».