/news/society

La légalisation du cannabis n’a pas causé l’impact attendu en milieu de travail

Agence QMI

Les impacts en milieu de travail, six mois après la légalisation du cannabis, sont «bien moindres» que ce que les spécialistes en ressources humaines anticipaient.

C’est ce que révèlent les données d’un sondage réalisé auprès de membres de l’Ordre des conseillers en ressources humaines agréés.

Ainsi, on apprend que 85 % des conseillers en ressources humaines agréés (CRHA) et des conseillers en relations industrielles agréés (CRIA) indiquent qu’ils n’ont pas eu à traiter plus de dossiers liés à la consommation de drogues depuis le 17 octobre 2018, date de la légalisation du cannabis d’un océan à l’autre.

Plus de quatre répondants sur cinq (81 %) ont mentionné que leur façon d’aborder ces dossiers n’a pas changé.

Quatre-vingt-sept pour cent des spécialistes en ressources humaines interviewés ont par ailleurs indiqué que leur organisation s’appuie sur une politique en matière de possession et d’usage de cannabis.

Soulignons aussi que 93 % des répondants n’ont pas constaté un accroissement du nombre d’accidents de travail liés à la consommation de cannabis.

Plus de la moitié (51 %) des répondants ont par ailleurs déployé des mesures pour épauler les employés qui seraient aux prises avec une dépendance au cannabis et 63 % d'entre eux croient être bien outillés pour mettre en place des mécanismes de prévention de la consommation auprès de leurs effectifs.

Travail en amont

Même si la situation n’est pas aussi noire qu’on aurait pu l’anticiper, reste que beaucoup d’organisations ont travaillé en amont pour encadrer tout ce qui touche au cannabis.

«Les préoccupations exprimées avant la légalisation semblent donc avoir suscité une plus grande vigilance de la part des professionnels en ressources humaines», a dit Manon Poirier, directrice générale de l'Ordre des conseillers en ressources humaines agréés.

«En anticipant une éventuelle augmentation des problèmes liés à la consommation en milieu de travail, ils ont pu mettre en place des mesures et des mécanismes adéquats pour y faire face», a-t-elle poursuivi.

En 2017 et en juin 2018, rappelle l’Ordre des conseillers en ressources humaines, respectivement 73 % et 74 % des professionnels des ressources humaines se disaient «préoccupés» par la légalisation prochaine du cannabis au Canada. L’an dernier, par exemple, 85 % des répondants croyaient que la légalisation du cannabis aurait un impact sur leur milieu de travail, contre 81 % en 2017.

Cette année, en vertu des plus récentes données, 68 % des professionnels des ressources humaines admettent «que la Loi sur le cannabis n'a entraîné aucune répercussion dans leur organisation» et 74 % d’entre eux se disent «peu ou pas préoccupés» par la légalisation du cannabis.

Dans la même catégorie