/regional/homepage

Les inondés devront faire preuve de patience

Antoine Lacroix | Journal de Montréal

La patience sera de mise pour des Québécois qui ne peuvent toujours pas retourner chez eux pour procéder au nettoyage après les inondations, alors que des experts prévoient encore des semaines avant que l’eau ne se retire.

« On va espérer que ça ne dure pas plus que quelques semaines, mais il va falloir que la nature nous aide et souhaiter que les précipitations soient moins importantes que d’habitude », espère Philippe Gachon, titulaire de la Chaire de recherche sur les risques hydrométéorologiques à l’Université du Québec à Montréal (UQAM).

Après environ un mois à se trouver submergé par les inondations, la situation est en train de se stabiliser dans la majeure partie des régions du Québec même si les niveaux d’eau demeurent bien hauts. On doit toutefois s’attendre à ce que les crues descendent à un rythme de tortue.

Dégâts pires qu’en 2017?

« Il y a encore de la neige à fondre en Abitibi, ce qui fait que les niveaux ne vont pas baisser rapidement », précise le professeur au département de géographie de l’UQAM.

Pour les autorités, il n’est pas encore possible d’établir à combien s’élèveront les dégâts des inondations de cette année. On sait déjà que les événements vécus à Sainte-Marthe-sur-le-Lac avec la digue et en Beauce pour les embâcles viendront fortement teinter la facture finale.

« Cette année, la préparation des gens a été différente, affirme Éric Houde, porte-parole de la Sécurité publique. Ce qu’on voudra savoir, c’est si les mesures de protection préventive ont eu un impact sur les dommages, par rapport à 2017 [si on isole les deux autres événements]. »

Toutefois, les prévisions au ministère de la Sécurité publique ne sont pas encourageantes, alors qu’eux aussi prévoient que la situation ne sera pas rétablie « avant plusieurs semaines ».

« C’est faux de dire que le pire est passé pour les gens inondés. Ils vont être encore là-dedans pour un moment. On a beaucoup d’empathie », affirme M. Houde.

Glissements de terrain

Il faut aussi se préparer à voir plusieurs glissements de terrain se produire dans les semaines à venir.

« Il y a une crainte à avoir. L’eau est montée plus haut qu’en 2017 et les sols sont en train de dégeler à plusieurs endroits. Ça va être à surveiller », fait valoir Philippe Gachon.

Notre Bureau d’enquête révélait au début du mois que 2019 devrait battre le record de glissements de terrain au Québec.

En date du 2 mai, on dénombrait 85 affaissements de terrain. Depuis, 35 autres se sont produits et ce nombre devrait augmenter significativement.

Bilan provisoire des inondations 2019

201 villes touchées

10 037 maisons inondées

3374 résidences isolées

13 641 personnes évacuées

621 routes affectées

120 glissements de terrain

Source : Ministère de la Sécurité publique

 

Dans la même catégorie