/finance/homepage

Sans-fil: prix plus élevés là où Bell, Telus et Rogers n’ont pas un sérieux concurrent

Agence QMI

Wifi

stock.adobe

Les forfaits de services sans fil sont «constamment» plus chers dans les régions du pays où Bell, Telus et Rogers n’ont pas de rival régional «puissant», a affirmé le Bureau de la concurrence, jeudi.

Dans des commentaires présentés au Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC), le Bureau de la concurrence a par exemple souligné que des forfaits de 10 Go sont offerts au Québec, au Manitoba ou en Saskatchewan pour 60 à 75 $, tandis qu’ils s’élèvent à au moins 105 $ dans d’autres provinces et territoires où la concurrence n’est pas au rendez-vous. Au Québec, une compagnie comme Vidéotron offre une option différente aux trois grands joueurs nationaux.

Pour l’organisme, «le seul facteur qui explique les différences de prix est la présence d’un puissant concurrent régional». Il estime que la qualité du réseau, la couverture offerte, la démographie ou les facteurs géographiques ne sont pas en mesure d’expliquer les différences de prix entre les provinces.

Le Bureau de la concurrence estime donc que la présence de concurrents à Bell, Telus et Rogers est bénéfique pour les consommateurs.

«Nous plaidons en faveur d’une concurrence accrue dans le secteur des services sans fil afin de réduire les prix et d’accroître les choix pour des services sur lesquels comptent les Canadiens», a mentionné le Commissaire de la concurrence Matthew Boswell, par communiqué.

Selon le CRTC, les trois grandes compagnies de télécommunications et leurs marques affiliées (Fido de Rogers, Koodo de Telus, Virgin Mobile de Bell, etc.) détiennent 90 % du marché du sans-fil au pays.

Le marché du cellulaire est celui dans le secteur des télécommunications dont la croissance est la plus forte au pays ces dernières années. En 2017, ces services ont généré des revenus 24,5 milliards $, soit une hausse de 5,3 % par rapport à l’année précédente, selon le CRTC. Le nombre d’abonnés a grimpé de 3,1% en 2017 par rapport à 2016, pour s’établir à 31,7 millions.