/news/law

Dossier du Boeing 737 MAX: une demande d’action collective contre Air Canada est déposée

Agence QMI

TVA Nouvelles

Une cliente d’Air Canada demande à la cour d’autoriser une action collective contre le transporteur aérien relativement au retrait de ses Boeing 737 MAX suite à l’écrasement d’un appareil d’Ethiopian Airlines plus tôt cette année.

Dans un document juridique obtenu par l’Agence QMI, Nathalie Jutras explique qu’elle a acheté sur le site internet d’Air Canada, le 10 mars dernier, trois billets d’avion aller-retour Montréal-Pointe-à-Pitre pour elle et des membres de sa famille, pour un total de 3169,92 $. Les billets affichent la date de départ du 18 juillet et la date de retour du 29 juillet, à bord d’un Boeing 737 MAX.

Or, l’écrasement du Boeing 737 MAX 8 d’Ethiopian Airlines est survenu le jour même où Mme Jutras a acheté ses billets et, peu après, Transports Canada a émis un avis de sécurité restreignant la présence de ce modèle d’appareil dans l’espace aérien canadien. L’avis gouvernemental a été suivi le 2 avril par l’annonce par Air Canada du retrait de ses appareils 737 MAX d’au moins six liaisons, dont celle de Montréal vers Pointe-à-Pitre, en Guadeloupe.

Air Canada précise que les six liaisons en question sont transférées à sa filiale Air Canada Rouge et que les vols seront assurés par des A319 d’Airbus. Plus tard en avril, rappelle-t-on dans la demande d’action collective, Air Canada a annoncé que tous ses appareils 737 MAX sont retirés de son horaire jusqu’au 1er août 2019.

Air Canada offre alors trois choix à Mme Jutras et à ses autres clients dans la même situation, soit de voyager sur un vol de remplacement offert par Rouge; de réserver un autre vol sur la même liaison sans frais; ou d’annuler le tout sans pénalité. Air Canada mentionne alors que si le choix est de voyager sur un nouveau vol exploité par Rouge, une réduction de 15 % sur une prochaine réservation sera offerte, et valable pendant un an.

Dans sa demande d’autorisation d’exercer une action collective, la plaignante soutient que «de ces trois choix offerts, celui de voyager sur ce nouveau vol est le moins désavantageux», en raison notamment de ses occupations et de celles des autres membres de sa famille.

Dans la foulée, Mme Jutras a demandé d’obtenir tout de suite la réduction de 15 % en faisant valoir la différence de services entre Air Canada et Air Canada Rouge et entre un 737 MAX et un A319. Sa demande a été refusée par Air Canada.

La plaignante a donc décidé de tenter d’obtenir gain de cause par le biais d’une action collective contre Air Canada et Air Canada Rouge. Elle demande à la Cour supérieure du Québec d’autoriser un tel processus et de lui permettre de représenter tous les autres clients du transporteur ayant acheté des billets d’Air Canada à bord de Boeing 737 MAX et s’étant retrouvés dans une situation similaire à la sienne.

Dans la même catégorie