/news/culture

«J’ai l’impression d’être sortie de mon corps»

TVA Nouvelles et Maxime Demers | Journal de Montréal

Deux jours après la projection de son film La femme de mon frère en ouverture de la section Un certain regard au Festival de Cannes, la réalisatrice Monia Chokri se remet de ses émotions.

«J’ai l’impression d’être sortie de mon corps et que je ne sais pas du tout ce qui s’est passé», raconte-t-elle.

Le premier long métrage de Monia Chokri a été présenté devant une salle pleine à craquer au plus important festival de cinéma de la planète, mercredi. La projection s’est soldée par de longues minutes d’applaudissement et une ovation.

«Il y a eu une très bonne réaction de la part du public (...) c’était assez chaleureux, ça riait», avoue la réalisatrice.

La femme de mon frère raconte la crise existentielle de Sophia (interprétée par Anne-Élisabeth Bossé), une jeune trentenaire qui n’arrive pas à trouver un emploi dans son domaine après avoir obtenu un doctorat en philosophie. Hypocondriaque, névrosée et toujours insatisfaite, elle trouve sa seule source de réconfort dans sa relation fusionnelle avec son frère Karim (Patrick Hivon). Sauf que quand celui-ci tombera amoureux de sa gynécologue (Évelyne Brochu), Sophia devra trouver d’autres repères dans sa vie.  

«Ça faisait vraiment partie de la base du film l’idée de parler de la famille et de savoir ce que ça signifie aujourd’hui avoir une famille», explique Monia.

Le film La femme de mon frère sera à l’affiche le 7 juin au Québec.

Dans la même catégorie