/news/world

Le service à l’auto appelé à disparaître à Minneapolis?

TVA Nouvelles

Le service à l’auto pourrait bientôt disparaître et devenir une pratique d’une autre époque à Minneapolis, dans l’État américain du Minnesota.

L’administration municipale songe en effet à bannir toute nouvelle installation de ce type dans un avenir rapproché, rapporte CNN.

«C’est pratique, rapide, vous pouvez y passer en route vers la maison ou le travail», souligne un citoyen interrogé par la chaîne de télévision.

Une concitoyenne renchérit: «Avoir à utiliser le service à l’auto est de toute évidence une nécessité. De plus, pour les personnes ayant un problème de mobilité, ça leur permet d’avoir accès rapidement à ce dont elles ont besoin sans sortir de leur voiture», ajoute-t-elle.

Hier après-midi, des élus ont discuté au sein d’une commission sur la planification municipale d’un éventuel règlement visant à interdire la construction de tout nouveau service à l’auto à l’intérieur des limites de la ville. Pas question cependant de l’enlever aux commerces ou établissements qui l’offrent déjà. Une clause «grand-père» s’appliquerait, précise un membre de la commission.

«Le service à l’auto, les voies de circulation et les stationnements induisent la demande, c'est-à-dire que si vous les construisez, vous stimulez la demande, les gens vont les utiliser», plaide un élu, Sam Rockwell.

M. Rockwell n’est pas impressionné par l’argument selon lequel la disparition de ce type de service aurait un effet négatif pour les aînés et les personnes aux prises avec un handicap qui peuvent plus difficilement sortir de leur voiture. «Vous allez à Londres, Paris, New York ou Boston, et les gens s’entraident, les voisins aident les résidents plus âgés à monter leur épicerie dans les escaliers. [Retirer les services à l’auto] peut aider à susciter cet esprit de communauté», illustre-t-il.

Des citoyens de Minneapolis sont cependant sceptiques quant au moyen proposé par la ville pour combattre les gaz à effet de serre. «Il y a beaucoup de véhicules immobilisés et dont le moteur est en marche ici. Le service à l’auto n’est qu’une petite partie du tout.»

Avant d’être adopté, le nouveau règlement devra auparavant faire l’objet d’une consultation publique en juin.