/regional/quebec/quebec

Une autre résidence privée pour aînés ferme ses portes

Pierre-Antoine Gosselin | TVA Nouvelles 

La vie d'une trentaine d'aînés de Québec a été littéralement chamboulée. Les propriétaires de la résidence privée Benoît XV, située dans l'arrondissement Limoilou, ont pris la décision de fermer leur établissement de façon précipitée, laissant à peine un mois aux résidents pour se préparer au déménagement.

C’est une autre résidence privée pour aînés qui ferme ses portes. Cette fois, 29 résidents autonomes et semi-autonomes ont appris qu’ils avaient un mois pour être relocalisés. Certains sont représentés par le curateur public du Québec, d’autres n’ont même plus de famille.

«J’étais très déçu lorsque j’ai appris la nouvelle. On mange bien ici, les propriétaires sont vraiment de bonnes personnes», a mentionné un résident lors du passage de TVA Nouvelles.

Sept membres du personnel perdent leur emploi. C’est non sans peine que les propriétaires ont pris la dure décision de fermer les livres.

«Les portes se ferment partout, autant du côté des institutions financières, autant les normes depuis L’Isle-Verte se resserrent continuellement, la pénurie de main-d’œuvre, on s’est dit "c’est assez"», dénonce Nancy Guérin, gestionnaire de la Résidence Benoît XV.

Depuis l’annonce de la fermeture, les propriétaires, en collaboration avec le CIUSSS de la capitale nationale, travaillent sans relâche pour relocaliser les résidents.

«On fait des appels, on est dans le milieu auprès des résidents et on évalue tous leurs besoins», explique Josée Bisson, chef de service à la certification des RPA du CIUSSS de la Capitale-Nationale.

Les propriétaires ont reçu un avis du ministère de la Santé et des services sociaux sur le non-respect du délai de fermeture réglementaire de six mois.

«Je n’ai peut-être pas respecté l'avis de six mois, mais vous comprendrez que c’est déjà un climat difficile à vivre. Vivre dans l’insécurité pendant six mois n’était pas envisageable autant pour nous que les résidents. Et avec la pénurie de main-d’œuvre, nous aurions perdu bon nombre d’employés», conclut Nancy Guérin.

Sur les 29 résidents, 24 ont trouvé un nouveau milieu de vie. Les derniers déménagements devraient avoir lieu le 28 mai prochain.

Dans la même catégorie