/finance/stockx

Wall Street de nouveau rattrapée par les tensions commerciales

Agence France-Presse

Wall Street a terminé en baisse vendredi à l'issue d'une séance en dents de scie, la persistance des tensions commerciales sino-américaines l'emportant sur des éléments plus positifs comme la confiance des consommateurs ou la levée de tarifs douaniers sur le Canada et le Mexique.

L'indice vedette de la Bourse de New York, le Dow Jones Industrial Average, a lâché 0,38%, à 25.764,00 points.

L'indice Nasdaq, à forte coloration technologique, a reculé de 1,04%, à 7.816,28 points.

L'indice élargi S&P 500 a lâché 0,58%, à 2.859,53 points.

«Cela devient une habitude, mais malheureusement, l'élément moteur de cette baisse est encore lié aux discussions commerciales entre la Chine et les États-Unis», a observé Art Hogan de la société d'investissement National.

Après une brusque chute du marché lundi déclenchée par l'annonce de représailles chinoises aux nouveaux droits de douane imposés par le président Donald Trump, «les investisseurs semblaient un peu plus optimistes», a-t-il rappelé. «Le ton était monté, mais la porte était apparemment encore ouverte.»

Vendredi toutefois, plusieurs informations de presse évoquant un positionnement désormais plus combatif de Pékin, voire le calage complet des négociations, ont assombri cette perspective.

«On a l'impression que la porte est en train de vraiment se refermer», a estimé M. Hogan.

Sur la semaine, le Dow Jones a cédé 0,7%, le Nasdaq 1,3% et le S&P 500 0,8%.

Vendredi, les indices s'étaient pourtant redressés en cours de séance après la publication d'une enquête de l'Université du Michigan montrant une montée de la confiance des consommateurs américains à son plus haut niveau depuis 2004.

Ce chiffre sur la consommation des particuliers, principal moteur de la croissance américaine, «soutient l'idée que les États-Unis sont dans une position adéquate pour faire face aux pressions extérieures», a estimé Patrick O'Hare de Briefing.

L'annonce en cours de séance par Washington de la suppression des tarifs douaniers sur l'acier et l'aluminium en provenance du Canada et du Mexique, imposés depuis près d'un an, n'a pas suffi à revigorer suffisamment les investisseurs. Cette décision lève pourtant un important obstacle à la ratification de l'accord de libre-échange entre les trois pays.

Les investisseurs ont par ailleurs peu réagi à l'officialisation, attendue, du report de droits de douane supplémentaires dans le secteur automobile, particulièrement redoutés par les constructeurs européens.

Sur le marché obligataire, le taux sur la dette à 10 ans des États-Unis se stabilisait vers 20H20 GMT à 2,392%, contre 2,394% jeudi soir.

Dans la même catégorie