/news/politics

Le syndicat des grutiers réclame le retour de la formation obligatoire

TVA Nouvelles

Un an après que le gouvernement ait autorisé les grutiers à apprendre leur métier en entreprise, le syndicat qui les représente continue à réclamer le retour d’une formation spécifique dans le domaine.

La décision avait soulevé un tollé chez les experts en santé et sécurité, les travailleurs et même les entreprises.

Les grutiers avaient même déserté les chantiers pendant un certain temps pour protester contre la décision gouvernementale.

C'est la pénurie de main-d'oeuvre dans ce secteur qui avait forcé le gouvernement à envoyer des travailleurs au plus vite sur les chantiers.

La formation obligatoire pour les grutiers avait été instaurée il y a 20 ans après plusieurs accidents mortels.

Le directeur du Local 791-G de la FTQ Construction, Evans Dupuis, prétend qu’un comité d’experts est venu confirmer que les nouvelles règles ne respectent pas les consignes de santé et sécurité. Mais le nouveau gouvernement n’a toujours pas donné suite au rapport de ce comité.

«Présentement, c’est une formation en entreprise. Alors n’importe qui peut entrer dans l’industrie de la construction en ayant seulement une formation en entreprise», a-t-il expliqué en entrevue à TVA Nouvelles.

M. Dupuis prétend qu’après la création du diplôme d’études professionnelles pour devenir grutier, le nombre d’accidents mortels avait diminué de 66%.

«Le DEP avait fait ses preuves. Depuis l’année passée, quelqu’un peut entrer dans l’industrie sans formation professionnelle, seulement avec une formation en entreprise. C’est ce qu’on dénonce depuis un an», ajoute-t-il.

Au cabinet du ministre du Travail, on confirme que le rapport du comité d’experts a été rendu public le 6 mars.

Le ministre a également demandé une rencontre entre les partis pour travailler sur les mises en œuvre des recommandations du comité d’experts. «La position du ministre sera connue incessamment», a-t-on ajouté.

Pour combler les besoins de main-d’œuvre, le directeur syndical croit qu’on aurait pu augmenter le nombre de candidats qui s’inscrivaient à l’ancien DEP ou encore reconnaître les acquis des autres travailleurs du domaine de la construction pour accélérer leur entrée dans le métier de grutier.

Dans la même catégorie