/news/law

Ils auraient forcé des jeunes femmes à se prostituer 24 heures sur 24

TVA Nouvelles

Un homme, une femme et un mineur font face à des accusations criminelles reliées au proxénétisme. Trois jeunes femmes qui étaient sous leur emprise ont été libérées.

Il y avait un va-et-vient constant dans le logement du boulevard Sainte-Anne ou trois présumés proxénètes ont été arrêtés vendredi.

Tout indique que les suspects, originaires de Montréal, ont loué ce logement via la plateforme Airbnb pour contraindre de très jeunes femmes à recevoir des clients presque 24 heures sur 24.

Selon un voisin, il y avait ici beaucoup de bruit. «Beaucoup de taxis à toute heure, ou presque à toute heure. J'ai dû descendre la nuit, moi, pour faire arrêter la musique», raconte-t-il.

Selon des sources policières, les proxénètes utilisent de plus en plus les plateformes Web d'hébergement pour abriter leurs activités de prostitution. Une façon de tromper les forces policières et de passer incognito.

Ce sont les appels du public qui ont conduit la police vers les criminels.

«Les policiers, accompagnés d'un enquêteur, se sont présentés sur le boulevard Sainte-Anne, dans le secteur Beauport, dans une résidence. Ils ont rencontré des victimes qui étaient sur place. Ils ont procédé à l'arrestation de trois suspects», explique le porte-parole du Service de police de Québec Étienne Doyon.

Les trois suspects qui ont été accusés de proxénétisme reviendront devant les tribunaux mardi. L'enquête permettra de savoir s'ils sont oui on non reliés à un réseau.

Jusqu'à maintenant, depuis janvier, à Québec sept présumés proxénètes et six clients ont été arrêtés.