/news/law

«C’est un gros labyrinthe qu’on ne comprend pas tous»

Élise Jetté | Agence QMI

JEAN-FRANCOIS DESGAGNES/JOURNAL

Le comédien Guillaume Lemay-Thivierge déplore le processus complexe, menant à des procédures judiciaires contre la Ville de Montréal, qu'il a vécu pour pouvoir faire des rénovations sur sa maison du Plateau-Mont-Royal à Montréal en 2015.

«C’est un peu comme si je n’avais pas fait mon stop et que la police me donnait un "ticket" de vitesse», a dit Guillaume Lemay-Thivierge à l’émission «J’appelle mon avocat» sur QUB radio le 12 mai dernier.

«C’est un gros labyrinthe qu’on ne comprend pas tous», a soutenu l’acteur en parlant des permis de la Ville nécessaires aux modifications des immeubles.

Au micro de Me François-David Bernier, il a dénoncé le fait d’avoir «été pris pour donner l’exemple aux autres». Selon lui, il y a eu de l’acharnement durant les démarches: «J’ai dû, entre autres, payer 22 000 $ pour baisser la maison de deux pieds».

Il soutient que la Ville devrait travailler beaucoup plus «main dans la main» avec les citoyens. «On ne fait pas ça pour mettre la ville laide», a-t-il ajouté.

Avant d’aller en cour, Guillaume Lemay-Thivierge faisait face à une amende de 53 000 $ pour avoir trop démoli sa maison, puis, au bout du compte, il s’en est tiré avec une amende de 9500 $ en avril dernier pour avoir commencé sa démolition sans permis.

«Ce n’est pas du tout la même chose, s’est enflammé le principal intéressé. Après que j’aie dépensé plusieurs dizaines de milliers de dollars en frais d’avocat, la Ville m’a dit "t’avais raison".»

Guillaume Lemay-Thivierge avait en effet amorcé la démolition de sa maison avant d’avoir obtenu le permis adéquat. «Quand tu réserves tes "contracteurs", tu ne peux pas leur dire "ça va être dans six mois ou dans deux ans"», s’est-il défendu.

Les rénovations ont pris de l’ampleur et ont été mises sur pauses à plusieurs reprises, échelonnant ainsi les travaux sur une période beaucoup plus longue que prévu. «Je me suis mis dans la peau de quelqu’un qui n’a pas nécessairement les moyens de louer un appartement à côté en attendant», a dit M. Lemay-Thivierge, dénonçant l’aspect laborieux des démarches.

Dans la même catégorie