/regional/montreal/laurentides

EXCLUSIF | Le barrage de la Chute-Bell a résisté à la crue des eaux

TVA Nouvelles

Le barrage de la Chute-Bell, qui avait suscité de grandes inquiétudes au plus fort de la crue printanière du mois d’avril, a finalement tenu le coup.

Trois semaines après l'évacuation d'urgence, TVA Nouvelles a pu constater que le barrage est demeuré intact malgré la force des éléments. La structure de béton ancrée dans le roc a tenu bon.

L'eau a seulement causé de l'érosion en aval sur des terrains qui ont été inondés.

En pleine crue, le niveau d’eau avait fait craindre le pire pour le barrage.

On avait même dû évacuer une cinquantaine de résidences à Grenville-sur-la-Rouge, le 25 avril dernier, parce qu'on craignait que le barrage ne cède.

Il faut dire que le débit d'eau était trois fois plus important que maintenant

«Sur la crête déversante, on est autour de 450 mètres cubes d'eau seconde aujourd’hui. À la pointe de la crue, on était autour de 1200, donc on peut voir qu’il y avait énormément d’eau», détaille Éric Moisan d’Hydro-Québec.

Des images prises de l'hélicoptère TVA laissaient clairement voir le mois dernier que l’eau passait au-dessus du barrage.

Barrage Chite-Bell

Capture d'écran, TVA Nouvelles

Garry Madden, qui fait partie des résidents qui ont été évacués pendant plusieurs jours, se demande encore si la mesure était vraiment nécessaire. Il s’attend à des conditions semblables dans les prochaines années.

Astaban Mkrdejyan, un autre résident évacué, déplore aussi le peu d’aide qu’il a reçue pendant cet épisode.

«C’était juste une fausse alarme. On est restés une semaine dehors et on a passé une fin de semaine très difficile avec nos quatre enfants en bas de 10 ans», dit-il.

Chez Hydro-Québec, on rappelle que les évacuations ont été commandées à titre préventif parce que la crue a testé les limites du barrage.

Dans la même catégorie