/news/law

Retour en cour pour l'ex-maire de Terrebonne

Yves Poirier | TVA Nouvelles

Le procès devant juge seul de l’ex-maire de Terrebonne, Jean-Marc Robitaille, s’est ouvert mardi au palais de justice de Saint-Jérôme, plus d’un an après son arrestation et celle de ses présumés complices dans une affaire de stratagème de corruption allégué.

Questionné en lien avec le reportage de J.E. qui le montrait en train de faire la fête sur le «Touch» de Tony Accurso, M. Robitaille n’a pas voulu commenter.

Il n’a pas voulu réagir non plus aux récentes révélations de notre Bureau d’enquête sur ces enquêtes de corruption qui pourraient tomber à l’eau notamment parce que des éléments de preuve auraient été fabriqués et des techniques d’enquête douteuses auraient été utilisées.

En mars 2018, l'UPAC avait procédé à quatre arrestations dans le cadre du projet d’enquête Médiator.

En plus de l'ex-maire Robitaille, les agents avaient appréhendé et interrogé son chef de cabinet Daniel Bélec, l'ex-ingénieur Jean Leroux qui a succombé à un cancer en avril dernier, l'ex-directeur général Luc Papillon et l’entrepreneur Normand Trudel.

Ils sont accusés de corruption dans les affaires municipales et d’abus de confiance, et ce, en lien avec un présumé système de partage de contrats qui visait à favoriser des firmes d’ingénieries ainsi que certains entrepreneurs entre 2001 et 2012.

Selon l'UPAC, la preuve recueillie dans cette enquête criminelle tend à démontrer qu’un élu et des fonctionnaires de Terrebonne recevaient d’importants avantages personnels en échange, entre autres, de changement de zonage ou d’informations privilégiées dans le cadre d’appel d’offres de la Ville.

Dans la même catégorie