/news/politics

Le Québec et les États-Unis auraient intérêt à se parler davantage, dit Legault

TVA Nouvelles 

François Legault s’est entretenu avec notre correspondant à Washington alors qu’il était de passage dans la capitale américaine. Le premier ministre a rappelé que le Québec et les États-Unis auraient intérêt à se parler davantage.

M. Legault a admis que les tarifs et le vent de protectionnisme qui soufflait sur les États-Unis ont amené des difficultés pour l’économie québécoise.

À LIRE ÉGALEMENT

Legault rencontre le principal conseiller en énergie de Trump

Legault s'en prend au syndicat d'ABI

«J’avais l’impression des fois qu’on mélangeait le Canada avec la Chine. Je comprends les problèmes avec la Chine, mais nous on est des amis et on devrait travailler ensemble», a dit François Legault à Richard Latendresse.

Par ailleurs, le premier ministre a indiqué que la belle province avait des ressources telles que du lithium, du fer ou encore du magnésium à la disposition des Américains pour compenser une baisse des approvisionnements provenant de la Chine.

«Donc, je pense qu’il y aurait intérêt à ce qu’on se parle davantage, a affirmé François Legault. On pourrait se parler aussi de Bombardier. Les trains, les métros, notre compétiteur c’est encore une compagnie chinoise. On a un immense déficit commercial avec la Chine, mais ce n'est pas le cas entre le Québec et les États-Unis.»

Vendre les surplus d’électricité

François Legault répète que le Québec a toujours d’énormes surplus d’électricité. En plus d’attirer des entreprises énergivores dans la province, il assure qu’il est important d’exporter vers nos voisins du Sud, même si cela doit se faire à bas prix.

De passage à New York mardi, il a affirmé qu’il songeait à ce qu’Hydro-Québec finance directement un nouveau projet de ligne de transmission.

Une nouvelle ligne de transport d’électricité de 1200 mégawatts (MW) entre le Québec et la ville de New York pourrait coûter près de quatre milliards $ à Hydro-Québec.

Si le Québec parvenait à vendre tous ses surplus, il y aurait même jusqu'à quatre projets potentiels pour générer encore plus de surplus.

Selon François Legault, plus les États-Unis se tournent vers l’hydroélectricité plutôt que vers le gaz ou le charbon, plus le Québec contribue à la sauvegarde de la planète. Il pense pouvoir convaincre le président Donald Trump qu'il est possible d'allier environnement et économie.

Un retard de la ratification de l’AEUMC ?

Le premier ministre du Québec surveille de près les discussions au Congrès américain à propos du nouvel ALENA. Il espère que les comparaisons des conditions de travail aux États-Unis et au Mexique ne viendront pas retarder la ratification de l’accord.

M. Legault a assuré qu’il fallait protéger la relation «spéciale» qui unit les États-Unis et le Québec.

Dans la même catégorie