/regional/montreal/laval

Les Lavallois floués de 116 M$

Éric Thibault

Les contribuables lavallois ont été floués d’au moins 116 millions $ qu’ils ont payés en trop dans le stratagème de contrats truqués que l’ex-maire Gilles Vaillancourt a orchestré durant 14 ans de règne.

La Ville de Laval a finalement chiffré ses pertes dans le « système Vaillancourt » après avoir évalué son « préjudice global lié à la corruption et à la collusion des contrats » publics de construction octroyés entre 1996 et 2010, selon des documents judiciaires consultés par Le Journal.

Ces renseignements inédits sont récemment venus étayer la réclamation de 22 M$ intentée par la Ville contre l’ancien magnat de la construction Tony Accurso, condamné l’été dernier dans cette affaire à la suite d’une enquête de l’Unité permanente anticorruption, et trois entreprises qui lui appartenaient.

20 % d’un demi-milliard

Laval « estime que la valeur totale des contrats liés à la construction ayant fait l’objet de collusion et de corruption [...] est d’environ 580 M$ », a déclaré sous serment François Boisclair, l’auditeur-enquêteur de la Ville interrogé par la défense en marge de cette poursuite.

Selon la demanderesse, les soumissions de ces contrats d’un demi-milliard de dollars ont été frauduleusement gonflées « d’au moins 20 % » par les participants à ce stratagème de collusion.

Ces dommages de 116 M$ sont le résultat d’une estimation que le témoin Boisclair a qualifiée de conservatrice et qui ne touche pas la totalité des contrats publics octroyés par la Ville durant ces 14 années.

41 millions $ récupérés

Les pertes englobent « des travaux de génie civil, les contrats d’approvisionnement en asphalte [et] en pierre concassée, [...] la réfection de chaussée, ainsi que les contrats à des firmes d’ingénierie », a témoigné M. Boisclair, qui fut embauché par la Ville en 2016 après avoir travaillé comme analyste enquêteur à la commission Charbonneau.

Jusqu’à présent, Laval a récupéré 41 M$, dont la moitié a été versée sur une base volontaire par l’ex-maire et des complices. Elle a intenté 11 poursuites judiciaires totalisant 55 M$ dans ce dossier.

« La Ville continue à déployer les efforts nécessaires pour faire valoir les droits des contribuables lavallois et récupérer le maximum de fonds détournés », a réitéré hier au Journal une porte-parole de la Ville, Anne-Marie Braconnier.

Pour pouvoir participer à ces appels d’offres, dont les gagnants étaient choisis d’avance, les entrepreneurs remettaient une ristourne équivalente à 2 % de la valeur du contrat remporté aux collecteurs de fonds du parti de Vaillancourt.

Ces pots-de-vin ont servi à enrichir celui qu’on surnommait le « maire à vie » et certains de ses comparses, en plus de payer des dépenses électorales.

La Ville soutient que les firmes qui étaient la propriété de Tony Accurso – Construction Louisbourg Ltée, Simard-Beaudry Construction et une compagnie à numéro autrefois appelée Ciments Lavallée ltée – ont obtenu « la plus grande part » du gâteau.

Elles avaient raflé 84 contrats publics d’une valeur totalisant près de 110 M$ et dont une proportion de 20 % fut « injustement payée », d’après la Ville.

 

 

Dans la même catégorie