/finance/homepage

Un casino à Québec serait «catastrophique» pour Charlevoix

Pierre-Antoine Gosselin | TVA Nouvelles

Le gouvernement Legault a déjà laissé entendre qu'il voulait déménager le Salon de jeux de Loto-Québec qui se trouve au centre commercial Fleur de Lys de Québec dans un autre endroit.

La Coalition avenir Québec (CAQ) a aussi indiqué qu'elle songe à faire du Salon de jeux de Québec un véritable casino, mais une telle avenue pourrait avoir des répercussions sur l'économie de la région de Charlevoix et sur le Manoir Richelieu, où Loto-Québec exploite déjà un casino.

Le maire de La Malbaie a commandé sa propre étude d'impact économique et ça n'a rien de rassurant pour la région.

À La Malbaie, l’inquiétude entourant l’ouverture d’un casino à Québec est plus vive que jamais.

«Un autre casino sur le territoire, ça serait catastrophique pour la région de Charlevoix», a mentionné Michel Couturier, maire de La Malbaie.

En septembre 2018, lors de la campagne électorale, le premier ministre François Legault déclarait que si l’ouverture d’un casino à Québec avait des impacts sur la clientèle du Casino de Charlevoix et sur la région, ce scénario serait exclu. Cette déclaration, le maire de La Malbaie s’en souvient très bien.

«On est convaincu qu’il y a un impact, même si c’est un déménagement du Salon de jeux, en raison de l’endroit qui sera plus accessible, la publicité, l’offre bonifiée», a-t-il ajouté.

L’étude d’impact économique de la création d’un casino à Québec sur la région charlevoisienne commandée par la Ville de La Malbaie démontre que 34 % de la clientèle touristique du casino avait prévu le fréquenter en 2017-2018. Le quart de cette clientèle provient de Québec.

«Cette clientèle motivée y dépense 25 millions $. L’ouverture d’un autre casino nous fait dire que la moitié de ces revenus ne sera plus accessible», a expliqué le maire.

Depuis l’ouverture du Salon de jeux de Québec en novembre 2014, les revenus générés par le Casino de Charlevoix ont dégringolé. Le dossier est suivi de près par les commerçants de La Malbaie.

«On essaie de se débattre. Surtout une région comme Charlevoix qui fonctionne beaucoup l’été, mais le Casino réussi à nous emmener de la clientèle l’hiver», a dit le maire Couturier.

«J’ai une clientèle touristique estivale qui vient ici, qui va au Casino. C’est certain que ça représenterait des pertes.»

Michel Couturier souhaite que la CAQ respecte sa promesse de la récente campagne électorale de former un gouvernement des régions.

«Si nos institutions sont menacées dans les régions au profit des grands centres avec des revenus monétaires plus grands, à partir de là ce n’est qu’un calcul mathématique, mais les dommages collatéraux ne sont pas envisagés», a conclu Michel Couturier.

Les résultats de l’étude d’opportunité commandée par Loto-Québec sur la possible relocalisation du Salon de jeux de Québec se font toujours attendre. Le maire de La Malbaie a demandé une rencontre avec la ministre responsable de la Capitale-Nationale, ce qui lui a été refusé. Cette fois, il interpelle le premier ministre Legault.