/regional/troisrivieres/mauricie

Déplacer les animaux sauvages pourrait tuer la moitié d’entre eux

TVA Nouvelles 

Les premiers animaux perquisitionnés au zoo de Saint-Édouard-de-Maskinongé ont quitté les lieux jeudi. Une spécialiste en comportement animal soutient toutefois que ce n’est pas la bonne solution.

«Il faut savoir qu’en prenant l’initiative de déménager dans d’autres institutions ces animaux-là, 50 % vont mourir dans le trajet», affirme Jacinthe Bouchard, propriétaire de Zoo Académie.

Déplacer ces animaux provoquera un très grand stress. Mme Bouchard explique qu’il faudra en endormir plusieurs à l’aide d’un fusil et qu’il y a une chance de les tuer pendant l’anesthésie.

«Ensuite, on amène l’animal sauvage dans une cage, dans un zoo, où il doit être gardé en quarantaine pendant quatre mois dans une cage. Si ça, ce n’est pas de la maltraitance animale, c’est cent fois pire», soutient-elle.

Selon Jacinthe Bouchard, la situation ne se compare pas à une «usine à chiots» où ces animaux souffrent et où l’euthanasie est souvent nécessaire. Dans ce cas-ci, des vétérinaires devraient plutôt venir épauler le propriétaire du zoo pour l’aider à mieux traiter les animaux sur place.

«C'est sûr que ce sont des animaux un peu plus difficiles à manipuler et à déplacer, donc la logistique est un peu plus complexe, a dit Ewa Demianowicz de l'organisation Humane Society International. C'est sûr que c'est un stress pour l'animal et on en est conscient. On en prend toutes les mesures nécessaires pour que ça se fasse de la manière la plus humaine possible pour l'animal.»

61 animaux relocalisés

Jusqu'ici, 61 animaux de ferme ont été relocalisés, en plus de lamas et d'alpagas. Près de 150 animaux sauvages sont toujours sur place. SPCA Montréal a indiqué que leur destination était confidentielle.

Le propriétaire du Zoo de Saint-Édouard-de-Maskinongé a été arrêté pour cruauté animale, mardi. Normand Trahan a été remis en liberté sous plusieurs conditions au terme de sa comparution au palais de justice de Trois-Rivières.

S’il est reconnu coupable, Normand Trahan pourrait écoper d’un maximum de cinq années d’emprisonnement. Il doit revenir devant le tribunal le 21 juin pour la suite des procédures judiciaires.

Dans la même catégorie