/news/law

La grand-mère veut la garde du petit frère de la fillette de Granby

TVA Nouvelles 

La grand-mère paternelle de la fillette martyre de Granby veut avoir la garde de son petit frère. Elle en a fait son cheval de bataille afin qu’il puisse reprendre une vie normale et qu’il connaisse sa famille.

Cette dame avait eu la garde de la fillette lors de ses premières années et avait tenté de la récupérer par la suite. Elle est maintenant présente devant les tribunaux pour obtenir la garde du garçon.

«Mon cheval de bataille, c’est de récupérer le petit frère pour qu’il reprenne une vie normale, a-t-elle affirmé en entrevue à TVA Nouvelles. Ce qu’on ne comprend pas, c’est qu’il reste encore dans une famille d’accueil, alors qu’il a besoin des bras de sa mère. Il a besoin des bras de sa grand-mère, de son grand-père, de bras réconfortants.»

Elle a ajouté qu’on l’avait informée que le garçon était présent lors de tous les événements avant d’être remis à la DPJ.

«Le petit a assisté à tout, tout, tout au complet. Donc, il était là du début à la fin. Les policiers sont partis avec lui», ajoute-t-elle.

Elle explique que la mère du garçon ne peut reprendre la garde immédiatement puisqu’elle n’a pas eu de contact avec l’enfant depuis un an. Le père l’empêchait de voir les enfants, dit-elle. «Dans notre tête, ça ne s’explique pas», a dit la grand-mère du petit.

La grand-mère a assuré être prête à épauler la mère et à l’héberger si la garde lui revient, selon sa volonté.

«C'est sûr qu'elle a de la difficulté à vivre ce drame-là. Elle demande de l'aide quand c'est le temps et tout. On est quand même proches et elle sait qu'elle peut compter sur nous en tout temps pour l'aider», assure-t-elle.

La dame a affirmé ne pas avoir de contact avec son fils, le père de la fillette.

«Mon fils, depuis 2014, on se voyait juste en cour, a-t-elle expliqué. Je ne vais pas dans les procès. Les gens m’informent, mais ça s’arrête là.»

Aucune nouvelle accusation n’a été déposée jeudi contre le couple soupçonné d’avoir causé la mort de la fillette de 7 ans, puisque le rapport d’autopsie n’est toujours pas prêt.

Le père de la fillette, un homme âgé de 30 ans, est accusé de séquestration. Sa conjointe de 35 ans est pour sa part accusée de voies de faits graves ainsi que de séquestration.

Dans la même catégorie