/regional/troisrivieres/mauricie

Les sinistrés impatients de connaître les modalités de l'aide gouvernementale

Amélie Marcoux | TVA Nouvelles

Signe que les régions de la Mauricie et du Centre-du-Québec sont lourdement touchées par les inondations cette année, les sinistrés de 22 municipalités pourront bénéficier d’une aide financière gouvernementale. Les principaux intéressés sont impatients de connaître les modalités, alors que beaucoup ont encore les pieds dans l’eau.

C’est le cas entre autres des résidents du chemin Montréal à Maskinongé. Là, l’eau est encore haute. Le temps commence d’ailleurs à être long pour Yves Vinet, 83 ans.

«Je ne suis pas sorti depuis le 19 avril. Ça fait un mois!» a-t-il confié.

L'octogénaire manque d’équilibre et c’était trop difficile pour lui de se promener dans l’eau haute avec une salopette de pêche pour de longues distances.

M. Vinet a commencé le grand nettoyage. Il aura certainement des réclamations à faire au gouvernement, entre autres puisqu’au plus fort des inondations, il a dû ajouter une pompe dans son sous-sol. Il en avait déjà trois.

Il compte s’informer sur ce à quoi il a droit, mais pas au sujet de l’indemnité de départ. Malgré tout, il ne veut pas quitter «son petit coin de paradis».

Si M. Vinet et sa femme ne sont pas intéressés à quitter, leur voisine, elle, y songe. «Pas à n’importe quel prix par contre. Je ne vais pas donner ma maison», a tenu à préciser Diane Rivard. Depuis 2002, elle a investi beaucoup pour éviter de se retrouver inonder. «Soulever la maison, faire refaire le solage, faire un enrochement derrière», a-t-elle énuméré.

Bien des sinistrés dans notre région ont des questions en particulier sur le volet «inondations successives» du programme d’indemnisation. La Sécurité publique tiendra des séances d’informations le 17 juin à 19 h pour les sinistrés de Maskinongé et de Louiseville, tandis qu’une autre séance aura lieu le 19 juin à 19 h pour les sinistrés de Batiscan et de Sainte-Anne-de-la-Pérade. Plus de détails sont disponibles sur le site Internet du ministère de la Sécurité publique.