/news/law

Peinture endommagée: Tesla mise en demeure par un Trifluvien

Jonathan Roberge | TVA Nouvelles

Le Trifluvien dont la peinture de sa Tesla écaille moins d’un an après son achat a officiellement mis le constructeur californien en demeure. Depuis la diffusion de notre reportage, des dizaines d’autres automobilistes mécontents se sont aussi manifestés.

Une source bien au fait du dossier nous indique que c’est la peinture des premiers Model 3 commercialisés qui serait trop mince et donc plus fragile.

Roger-Pierre Gravel a expédié sa mise en demeure à Tesla Québec, qui l’a référée au bureau de Toronto.

Le conducteur exige de la compagnie qu’elle effectue les travaux de réparation nécessaires ou qu’elle procède au remboursement complet de tous les frais occasionnés par la réparation de son véhicule acquis il y a un an seulement au coût d’environ 60 000 $.

Des problèmes semblables jusqu'en Finlande et en Suède

Dans un reportage de TVA Nouvelles la semaine dernière, il disait être en contact avec des dizaines de Québécois qui ont le même problème. Il a vite réalisé que ce n’est visiblement que la pointe de l’iceberg.

«C’est un vice de conception qui est lourd de conséquences et pas seulement que chez nous. Depuis le reportage, j’ai été contacté par des Finlandais qui ont le même problème. Eux discutent avec des Suédois, dont la peinture écaille. On tente de se regrouper pour démontrer que c’est un problème bien réel, et ce, partout à travers le monde», a-t-il raconté.

L'Association pour la protection des automobilistes est prête à appuyer les clients qui souhaitent intenter un recours contre Tesla.

Déjà, son directeur a mandaté un expert indépendant pour évaluer le problème des véhicules Tesla et se dit prêt à accompagner les clients qui en feront la demande.

Il rappelle que pour ce genre de dossier de petites créances, il faut bien se préparer. La base est donc d’aviser la compagnie par écrit, puis de prendre des photos, mais l’étape primordiale, c’est l’expertise du véhicule.

«C’est important que l’expert retenu soit prêt à venir témoigner pour appuyer le document. Souvent, c’est ça le gros problème. Les réparateurs n’osent pas critiquer ouvertement une compagnie, car ils ont peur qu’on refuse de leur envoyer des pièces de rechange ou qu’ils deviennent en quelque sorte dans les mauvaises grâces d’un constructeur», a expliqué George Iny.

Chez Véhicules électriques Simon André, dont le propriétaire témoignait dans notre premier reportage, on confirme que des dizaines de clients de Tesla se sont manifestés cette semaine, réalisant qu’ils n’étaient pas seuls à rager contre les défauts de peinture sur leur nouveau véhicule.