/regional/montreal/montreal

Québec commande des études sur la congestion sur la ligne orange

Elsa Iskander

 - Agence QMI

MARIO BEAUREGARD/AGENCE QMI

Québec a commandé des études à l’Autorité régionale de transport métropolitain (ARTM) pour trouver des solutions à la congestion de la branche Est de la ligne orange du métro de Montréal et de sa station Berri-UQAM.

La mairesse de Montréal a salué ces «études complémentaires à celles qui sont déjà employées par l’ARTM et le Bureau de la ligne rose de la Ville de Montréal pour vraiment se pencher sur la problématique de la congestion de la ligne orange et de la station Berri-UQAM».

En plus d’examiner l’impact possible de projets comme le prolongement des lignes bleue ou jaune, les études proposeront des solutions basées sur des «données probantes», a insisté Valérie Plante. «On se donne six mois pour faire une étude d’impact et ensuite, pour septembre 2020, on veut avoir des propositions.»

«On avait besoin des moyens financiers supplémentaires pour mettre les équipes en marche le plus rapidement possible», a commenté Mme Plante, à propos des 5 millions $ versés par le gouvernement pour effectuer les études.

Ce ne sont pas des crédits supplémentaires. L'argent provient d’une enveloppe de 14,75 millions $ annoncée l’été dernier pour des études sur des projets de transport, qui ne seront pas coupées, assure l’ARTM.

Des données sur l’achalandage, élevé entre les stations Berri-UQAM et Jean-Talon notamment, existent déjà selon Simon Charbonneau, relationniste de l’ARTM. «Elles sont à jour et sont compilées par la Société de transport de Montréal.» D’autres types de données seront aussi mises à jour via les études.

Est de Montréal

L’ARTM examinera notamment comment mieux desservir le bassin Est et Nord-Est de l’île de Montréal.

«Chaque partie en cause à sa solution et veut faire des études de façon à favoriser sa solution. Mme Plante a proposé des études (...) sur la clientèle de l’éventuelle ligne rose et le gouvernement veut avoir des études sur la portion Est du territoire», a commenté Danielle Pilette, professeure à l’Université du Québec à Montréal

«Les études complémentaires que réalisera l'ARTM permettront de trouver des solutions à court, à moyen et à long terme pour désengorger la ligne orange du métro de Montréal», a souligné Chantal Rouleau, ministre déléguée aux Transports.

Le gouvernement Legault «devrait annoncer des projets plutôt que d’annoncer des études», a suggéré Gaétan Barrette.

«L’heure est d’aller de l’avant et, actuellement, ce qu’on annonce, c’est du pelletage par en avant», a ajouté le député libéral.

«C’est une bonne nouvelle. Ça permet d’avoir des données et de dépolitiser» la question, a estimé pour sa part la députée solidaire Ruba Ghazal.

«Pourquoi ne pas avoir fait ça avant?» a-t-elle ajouté.

La semaine dernière, la Société de transport de Montréal a annoncé des mesures pour désengorger la ligne orange à partir de l'automne, dont une ligne de bus express sur Papineau et deux trains supplémentaires aux heures de pointe.

Dans la même catégorie