/news/culture

Un prochain album nécessaire pour Patsy Gallant

Yan Lauzon | Agence QMI

MARTIN ALARIE / JOURNAL DE MONTREAL /

Malgré l’échec de sa récente campagne de sociofinancement qui ne lui a permis de récolter que 3000 $ - qu’elle a remis depuis - pour le troisième album consécutif qu’elle compte autoproduire, Patsy Gallant ne baisse pas les bras.

Le projet est bien trop important pour que la chanteuse de 70 ans dépose son prochain disque et ses compositions originales sur une tablette.

«J’en ai besoin. Avant de mourir, il faut que je sorte ça. J’ai des choses à dire», a confié l’artiste mercredi, lors d’une journée de répétitions pour le spectacle «La tournée des idoles» dont elle est une vedette.

«Je dis à tout le monde qu’il faut que je rentre en studio, faire au moins piano et voix. S’il m’arrive quelque chose, ils seront là. Je veux faire des orchestrations, des arrangements...»

Lourdes de sens

L’artiste souhaite rassembler des textes avec lesquels elle n’a pas eu peur de plonger dans de vives émotions et d’aborder des sujets qui sont très près d’elle.

«C’est un exutoire. J’ai écrit sur mon fils, sur ma sœur qui est morte - Angie -, sur le 11 septembre 2001 et là, je suis en train d’écrire un tango en français, "Tu me tues".»

«Il y en a une qui mérite juste piano et voix, celle que j’ai écrite sur ma sœur qui est partie. Ça s’appelle "The Angels Are Crying". En sortant d’où elle était enterrée, j’ai marché, marché, pleuré, je suis arrivée à la maison et j’ai écrit la "toune".»

Après une longue gestation, Patsy Gallant se dit enfin prête à dévoiler des chansons qui s’éloignent de ce qu’elle offre et projette sur scène.

«Je les ai gardées longtemps parce qu’elles sont en anglais et que ça me faisait peur que les gens n’aiment pas mes "tounes"... Les gens sont habitués au "dance" et à "Sugar Daddy"; ils voient Patsy comme ça, mais je ne suis pas du tout comme ça. C’est lourd ce que j’écris, mais c’est le "fun". Il en faut.»

De l’énergie à revendre

Outre sa présence au Centre Vidéotron de Québec samedi, dans le cadre de «La tournée des idoles», Patsy Gallant a plusieurs autres rendez-vous prévus avec son public cet été, dont le 3 août à Saint-Jérôme le temps d’un hommage à Boule noire.

Elle avoue sans détour avoir un besoin criant de se retrouver derrière un micro et de bouger. «J’ai toujours la passion, le feu. Il n’y a pas quelqu’un qui a plus hâte de monter sur scène que moi... J’adore ça; c’est ma respiration, c’est ma vie.»

Et bien qu’elle ait goûté à maintes reprises au succès, elle voit encore loin. «Je veux toujours m’améliorer. À 70 ans, je viens de réaliser que c’est peut-être exceptionnel que ma voix soit encore comme elle est, que j’ai l’énergie et la santé.»

Avec toute cette fougue, les idées viennent. Patsy Gallant en a d’ailleurs plein d’autres. «Je veux monter mon propre "show" de variétés encore à mon âge, ajoute-t-elle. Pourquoi pas? Ça inspirerait les femmes de mon âge.»