/finance/homepage

Wall Street termine en hausse à la fin d'une semaine chahutée

Agence France-Presse

La Bourse de New York a terminé en hausse vendredi une semaine compliquée, marquée par un regain de tensions entre Pékin et Washington que Donald Trump a tenté d'atténuer par des commentaires laissant entrevoir une potentielle détente.

L'indice vedette de Wall Street, le Dow Jones Industrial Average, a progressé de 0,37%, à 25 585,69 points. Il finit toutefois en repli de 0,7% sur la semaine, enregistrant ainsi pour la première fois depuis 2011 une série de cinq semaines consécutives de baisse.

L'indice Nasdaq, à forte coloration technologique, s'est apprécié vendredi de 0,11%, à 7637,01 points.

L'indice élargi S&P 500 a progressé de 0,14%, à 2.859,53 points.

Sur la semaine, le Nasdaq a reculé de 2,3% et le S&P 500 de 1,1%.

Les échanges sont restés limités vendredi, de nombreux investisseurs ayant déjà déserté les salles de marché à l'approche d'un week-end prolongé d'un jour férié lundi.

Mais comme le reste de la semaine, la question des relations commerciales entre les deux premières puissances économiques mondiales est restée au centre de l'action.

«Le risque d'une guerre commerciale ouverte se prolongeant pour une longue période, voire peut-être jusqu'à l'élection présidentielle américaine en novembre 2020, est clairement en train de grandir», remarque Karl Haeling de LBBW.

Le président américain ne peut toutefois se permettre de voir les marchés et l'économie s'enliser à l'approche de la prochaine campagne et «veut encore probablement parvenir à un accord», avance le spécialiste.

«Ses commentaires jeudi soir, quand il a affirmé qu'il y avait encore une possibilité de nouer rapidement un accord avec la Chine et d'y inclure Huawei (le géant chinois des télécoms récemment mis à l'index par Washington, NDLR), étaient à cet égard évidents».

De quoi rasséréner en tout cas temporairement les investisseurs, qui redoutent de plus en plus de voir les négociations s'éterniser.

«Après la récente volatilité des marchés et leur accès de faiblesse en début de semaine, il est aussi possible que certains en aient simplement profité pour faire des achats à bon compte», avance Bill Lynch de Hinsdale Associates.

De nombreux observateurs du marché restent sceptiques quant à la possibilité de parvenir rapidement à un compromis.

«Le problème pour les investisseurs est que Trump fait miroiter une issue positive aux négociations commerciales à chaque fois que les indices boursiers tombent», souligne M. Haeling. «Mais il ne fait pas suivre ses paroles d'effets.»

«Même si Trump a assuré jeudi soir qu'un accord (avec la Chine) pourrait être rapidement trouvé, le marché commence vraiment à se rendre compte que ses commentaires sur le sujet ne représentent pas forcément toute la réalité», remarque aussi Peter Cardillo de Spartan Capital Securities.

Sur le marché obligataire, le taux sur la dette à 10 ans des États-Unis, tombé jeudi à son plus bas niveau depuis 2017, se redressait un peu et s'échangeait à 2,323%, contre 2,319% jeudi soir.