/regional/montreal/monteregie

Des agriculteurs s’opposent à la venue de Google à Beauharnois

Pierre Couture - Le Journal de Montréal

Google Maps

 L’Union des producteurs agricoles (UPA) s’oppose au dézonage de terres agricoles à Beauharnois, qui paverait la voie à la venue du géant mondial du Web, Google. 

 Comme l’a rapporté récemment Le Journal, Google souhaite investir plus de 500 millions $ à Beauharnois au cours des prochaines années pour la construction de centres de données sur des terrains d’Hydro-Québec zonés agricoles (94 hectares). 

 Or, la Commission de la protection des terres agricoles du Québec (CPTAQ) a refusé en décembre dernier le dézonage de ces terrains à la demande de la Ville de Beauharnois dans un avis préliminaire. 

 Selon la Fédération de l’UPA de la Montérégie, le dézonage de terres agricoles dans le secteur serait une erreur. 

 « Il y a actuellement d’autres terrains à vocation industrielle qui peuvent accueillir ce type d’entreprise », a indiqué hier le producteur agricole Roger Normandeau, de Beauharnois, membre de l’UPA. 

 Ce dernier, qui loue des parcelles de terres à Hydro-Québec, milite contre le dézonage dans ce secteur. 

 L’UPA juge que « le projet n’est pas conforme aux outils d’aménagement en vigueur et que la Ville de Beauharnois et la MRC devraient prévoir une planification régionale cohérente avec les grands principes d’aménagement du territoire et s’y tenir », peut-on lire dans un rapport remis à la CPTAQ. 

 L’UPA y indique aussi que « plusieurs autres situés hors de la zone agricole pourraient être choisis ». 

 Projet avorté 

 Au début des années 2000, ces mêmes terrains d’Hydro-Québec avaient été identifiés pour accueillir la controversée centrale au gaz naturel Le Suroît. Ce projet n’a jamais vu le jour. Le conseil municipal de Beauharnois a demandé la semaine dernière au gouvernement Legault d’adopter une loi spéciale pour permettre le dézonage des terrains d’Hydro-Québec. 

 Les terrains ciblés sont situés au sud du nouveau centre de distribution d’IKEA et tout près du poste de distribution de Léry d’Hydro-Québec. 

 14 sites étudiés 

 Avant d’arrêter son choix sur Beauharnois, Google dit avoir étudié 14 sites potentiels au Québec pour accueillir ses centres de données. Dans la région de Montréal, le géant du Web aurait analysé l’acquisition de terrains à Contrecœur, à Laval, à Montréal, à Mirabel et à Saint-Bruno-de-Montarville, ainsi qu’à Trois-Rivières. 

 Or, les terrains appartenant à Hydro-Québec à Beauharnois apparaissent comme le meilleur choix en raison de sa proximité avec le réseau électrique de la société d’État et des délais de raccordement. 

 La venue des centres de données de Google pourrait être payante pour Hydro-Québec. Une puissance de 185 mégawatts (MW) a été réservée sur son réseau pour répondre aux besoins de Google à Beauharnois. Un mégawatt peut alimenter jusqu’à 1500 foyers.

 

 

Dans la même catégorie