/news/currentevents

Une policière atteint un homme par balle à Québec

Dominique Lelièvre | Journal de Québec

Une policière aurait fait feu en direction d’un homme en crise armé d’un couteau et d’une poêle, semant l’émoi dans le quartier Saint-Jean-Baptise à Québec, samedi.

Selon le Bureau des enquêtes indépendantes, chargé de faire la lumière sur les événements, la police de Québec s’est rendue sur la rue Saint-Olivier vers 14h20 pour un homme «agressif et fâché» dans un dépanneur.

Deux policières se sont présentées à lui et ont tenté de le raisonner sans grand succès. La situation a dégénéré quelques minutes plus tard au domicile du suspect.

L’individu de 36 ans aurait d’abord lancé une poêle en direction des policières, puis il aurait foncé vers elles armé d’un couteau.

«L’une d’elles aurait fait feu en sa direction», poursuit le BEI, dans son compte rendu, précisant que son enquête «permettra notamment de déterminer si ces informations sont exactes».

 

Constat d’infraction

L’homme a été conduit à l’hôpital où l’on ne craindrait pas pour sa vie. Selon nos informations, il a été atteint à une jambe par le projectile.

Des résidents du secteur rencontrés par Le Journal affirment l’avoir vu se désorganiser un peu plus tôt sur la rue Saint-Olivier à l’angle de la rue Deligny.

L’homme vêtu de noir tenait un constat d’infraction dans les mains et se serait plaint d’avoir reçu injustement une amende de 150 $, avant de s’en prendre à des panneaux orange de la Ville de Québec interdisant le stationnement sur cette rue, racontent ces témoins.

«Il était en colère. Il criait avec son ticket dans les mains. Il criait fort. Je crois qu’il essayait d’expliquer aux gens qu’il n’était pas en tort», dit Samuel Blainville.

Véronique Tremblay, propriétaire d’un immeuble à logements sur la rue Saint-Olivier, a téléphoné aux policiers pour les informer d’un cas de désordre

«Il s’est mis à crier en sacrant. [...] Il est parti et il a descendu la rue en criant très, très fort. Il y avait des passants. J’étais surtout inquiète pour des personnes âgées qui étaient présentes», soutient la femme.

«On a entendu pow»

Quelques minutes après l’arrivée des forces de l’ordre, la citoyenne a vu l’homme se réfugier dans la cour d’un édifice, puis elle dit avoir entendu le son d’une détonation.

«On a entendu un pow. Je pensais que c’était peut-être du gaz lacrymogène», décrit Mme Tremblay.

La police de Québec s’est montrée prudente dans ses commentaires, confirmant simplement qu’un coup de feu a été tiré pendant son intervention.

Le BEI a ensuite annoncé qu’il affectait neuf enquêteurs à ce dossier et invite les témoins de l’événement à communiquer avec lui. La Sûreté du Québec agira corps de police de soutien dans l’enquête et fournit deux techniciens en identité judiciaire.

Le BEI fait enquête chaque fois où une personne, autre qu'un policier en service, décède, subit une blessure grave ou est blessée par une arme à feu utilisée par un policier lors d'une intervention policière ou durant sa détention par un corps de police.