/news/culture

Quand Rambo débarque à Cannes

Maxime Demers | Journal de Montréal

Rambo au Festival de Cannes? Pourquoi pas? Sylvester Stallone a offert un beau cadeau aux festivaliers vendredi en allant dévoiler des extraits inédits de son prochain film Rambo.

C’est vêtu d’un jean, d’une chemise à carreaux et de bottes de cowboys que Sylvester Stallone (Sly pour les intimes) s’est présenté vendredi après-­midi à une classe de maître organisée par le Festival de Cannes. Applaudi chaleureusement, il a séduit le public avec son humour et sa sincérité, et en livrant quelques anecdotes savoureuses sur sa carrière.

«Au début de ma carrière, j’avais du mal à m’exprimer à cause d’un accident que j’ai eu dans ma jeunesse. Les réalisateurs me disaient toujours qu’ils avaient du mal à comprendre ce que je disais. Même Arnold Schwarzenegger m’a dit un jour que j’avais un accent. Je lui ai répondu : “J’ai un accent, moi ? Et toi alors ?”», a raconté Stallone en riant en bon cœur.

Question d’adaptation

Stallone n’a peur de rien. À 72 ans, l’acteur aux gros bras a repris le rôle mythique du guerrier John Rambo dans le cinquième film de la série, qui sortira en salles en septembre. Comment fait-il pour jouer les héros encore à son âge ?

«On ne se racontera pas d’histoire : le Rambo que vous allez voir n’est pas le même que dans les premiers films, a-t-il répondu. Je ne grimpe plus dans les arbres comme avant et je n’ai plus le même physique qu’à l’époque [des premiers films]. Quand on est plus vieux, on est moins fort physiquement, alors il faut compenser en étant plus stratégique.»

Stallone n’a pas seulement parlé de Rambo. Il a aussi été question de son autre personnage iconique, ­Rocky Balboa. Sorti en 1976, le premier Rocky a remporté l’Oscar du meilleur film l’année suivante et s’est rapidement transformé en l’une des franchises les plus lucratives de l’histoire du cinéma.

La chance de sa vie

«Rocky est un phénomène des temps modernes, rappelle l’acteur. Sur papier, ça semblait être un échec garanti parce que les films de boxe n’étaient pas populaires à l’époque et que j’étais un pur inconnu. Mais il s’est passé quelque chose avec ce film. Rocky a touché les gens parce qu’il raconte l’histoire d’un homme seul qui revit en rencontrant une femme. J’ai été très chanceux. Je crois que ce film est sorti au bon moment. Dix mois avant le tournage du film, je travaillais comme préposé dans un stationnement. J’ai eu la chance d’avoir une vraie bonne idée avec le scénario de Rocky et ça m’a permis de lancer ma carrière et d’être là où je suis aujourd’hui.»

Dans la même catégorie