/news/politics

Maternelles 4 ans : front commun pour redemander au gouvernement de reculer

Agence QMI

JEAN-FRANCOIS DESGAGNES/JOURNAL

La Fédération autonome de l'enseignement (FAE) ainsi que les trois partis d’opposition de l’Assemblée nationale ont demandé une nouvelle fois, dimanche, au gouvernement de François Legault de ne pas aller de l’avant avec son projet de loi pour établir la maternelle 4 ans partout au Québec.

Ils estiment que l’État devrait se centrer sur des maternelles 4 ans à temps plein dans les milieux défavorisés, là où les enfants vulnérables sont plus nombreux.

«Il faut s'assurer que les services éducatifs les mieux adaptés aux populations d'enfants d'âge préscolaire soient garantis. Actuellement, les conditions et modalités de 2019-2020 facilitent cette intervention. Elles doivent donc être maintenues sans être diluées ou dispersées dans tous les milieux», a mentionné Sylvain Mallette, président de la FAE, par communiqué.

Le Parti libéral du Québec a abondé dans le même sens.

«L'opposition officielle croit que l'approche mur à mur proposée par le gouvernement dilue les ressources tout en étant contre-productive», a précisé Marwah Rizqy, porte-parole des libéraux concernant l'éducation.

Québec solidaire a souligné l’importance d’investir là où c’est le plus nécessaire.

«Dans le contexte actuel où il y a des besoins criants partout dans le milieu de l'éducation, ce qu'on demande au gouvernement est très simple : concentrez-vous sur l'implantation de ce service dans les milieux défavorisés, et faites-le bien, au lieu de vous éparpiller en en ouvrant partout alors qu'il manque de ressources», a dit la porte-parole de QS en matière d'éducation, Christine Labrie.

Le Parti québécois a défendu une position similaire.

«Le ministre peut tout à fait continuer de développer la maternelle quatre ans à temps plein en milieux défavorisés, en complémentarité, bien sûr, avec les services de garde éducatifs à la petite enfance, sans devoir modifier la loi. Nous lui réitérons notre demande de dépôt d'un plan détaillé de déploiement du projet avant d'étudier le projet de loi no 5. Il ne doit pas oublier que ce sont les besoins des enfants, d'abord les plus vulnérables, qui doivent guider les politiques publiques et non une promesse électorale, mal évaluée, mal chiffrée, ni souhaitable, ni réalisable», a souligné Véronique Hivon, porte-parole du PQ en éducation.

Le projet de loi du ministre de l'Éducation, Jean-François Roberge, concernant la maternelle 4 ans a été déposé en février dernier. Il vise à rendre accessible la maternelle 4 pour tous les enfants de la province dès l’année scolaire 2023-2024.

Dans la même catégorie