/news/world

Québécois détenu au Moyen-Orient: son avocate est confiante

Étienne Paré | Agence QMI

L'avocate d'André Gauthier, l’homme d'affaires québécois qui risque la prison à vie à Dubaï, est confiante que son client pourra revenir au Canada à court terme.

M. Gauthier, originaire du Saguenay, est présentement détenu à Oman, mais les autorités du sultanat promettent de le renvoyer d'ici vendredi aux Émirats arabes unis, où il fait face à des accusations de fraude.

«Même si le Canada ne réussit pas à le rapatrier avant qu'on l'expulse à Dubaï, il ne sera pas trop tard. Les Émirats ont la réputation de libérer les détenus étrangers quand il y a une pression médiatique», a rassuré Radha Stirling, rejointe à Londres par l'Agence QMI.

Fausses accusations

Selon la réputée avocate, qui dirige l’organisation Detained in Dubai, les accusations qui pèsent contre André Gauthier ne sont pas fondées.

Elle présente plutôt son client comme un sonneur d'alerte qui a été victime de sa bonne foi.

En 2015, André Gauthier aurait dénoncé une fraude d'une ampleur considérable au sein de l'entreprise aurifère dans laquelle il était actionnaire. Finalement, c'est lui qui s'est retrouvé à être accusé par la justice des Émirats arabes unis.

«C'est quelque chose de très courant aux Émirats de faire passer un crime sur le dos d'un homme d'affaires étranger, même s'il n'a rien à se reprocher», a expliqué celle qui, depuis 10 ans, a défendu près de 10 000 expatriés qui se sont aussi retrouvés dans l'embarras dans ce pays.

Pays dangereux

«C'est très dangereux de faire des affaires à Dubaï. Plus vous êtes riches, plus vous risquez d'avoir des ennuis. Si vous n'avez pas de contact au sein de la famille royale, comme M. Gauthier, ça peut vous nuire», a prévenu l'avocate britannique.

Mme Stirling est d'avis que les pays occidentaux préfèrent fermer les yeux sur le système de justice très corrompu des Émirats pour y protéger leurs intérêts économiques.Le gouvernement au courantAffaires mondiales Canada a indiqué à l’Agence QMI, dimanche, être «au courant qu'un citoyen canadien est détenu à Oman».

«Les fonctionnaires du gouvernement du Canada suivent de près le dossier et des services consulaires sont fournis au citoyen canadien et à sa famille au Canada», a mentionné une porte-parole, Amy Mills, dans un échange de courriels.

«Pam Goldsmith-Jones, la secrétaire parlementaire, travaille activement sur ce dossier et l’a soulevé directement avec des représentants du gouvernement d’Oman. En raison des dispositions de la Loi sur la protection des renseignements personnels, aucun autre renseignement ne peut être divulgué», a ajouté Mme Mills.

« Je vais m’assurer que [le rappariement de M. Gauthier] soit dans les plans de la ministre des Affaires étrangères», s’est de son côté engagé le ministre et député de Québec, Jean-Yves Duclos, devant la caméra de TVA Nouvelles.

Le député conservateur de Chicoutimi-Le Fjord, Richard Martel, travaille également sur le dossier, faisant notamment pression sur le gouvernement canadien pour qu’une solution soit trouvée.

Dans la même catégorie