/regional/montreal/montreal

Cinq «autoroutes» cyclables d'ici 2021

Camille Dauphinais-Pelletier | Agence QMI 

La Ville de Montréal tassera les automobilistes pour faire plus de place aux cyclistes avec son Réseau Express Vélo, notamment sur la rue Saint-Denis, où deux voies sur six seront consacrées au projet.

Les cinq premiers axes du réseau, totalisant une trentaine de kilomètres de pistes cyclables protégées, seront mis en place d’ici 2021, a annoncé la Ville lundi. Ils comprendront notamment les rues Saint-Denis, Peel, Saint-Antoine, De Bellechasse et Souligny (dans l’est de Montréal).

 

L’implantation des bandes cyclables protégées se traduira par le retrait de stationnement en bordure de rue ou de voies de circulation. Pour le moment, la Ville ne sait pas encore exactement comment les divers tronçons de rue seront impactés par l’installation du Réseau Express Vélo (REV).

«Il y a plusieurs scénarios possibles», a mentionné la mairesse Valérie Plante, en faisant référence à la rue Saint-Denis. «Quand on fait ce genre d'exercice-là, on peut décider d'enlever une voie de stationnement d'un côté, on peut décider d'en enlever des deux côtés», poursuit-elle, précisant que les décisions seront prises en fonction de la circulation sur les artères environnantes.

Sur l’avenue Souligny, qui accueillera le REV dès cet été, des places de stationnement seront retirées. Même chose sur la rue Peel, où les trottoirs seront également élargis.

«Le besoin de pistes cyclables sécurisées est essentiel. Le nombre de cyclistes à Montréal ne cesse de croître, et ils ont le droit, comme les piétons d’ailleurs, de pouvoir circuler en sécurité», a mentionné la mairesse.

 

Autoroutes

Les pistes du REV se veulent des «autoroutes» pour les vélos, avec de l’espace pour les dépassements et des feux de circulation prioritaires aux intersections, a expliqué Marianne Giguère, conseillère associée aux transports actifs au sein du comité exécutif.

L’aménagement de la plupart des sections sera d’abord «transitoire», avec du marquage au sol et une séparation physique de type bollards ou bacs à fleurs. Des installations permanentes seront éventuellement déployées, soit des pistes surélevées ou séparées des voitures par une bordure de béton.

À terme, le REV devrait compter 17 axes totalisant 184 km.

 

Échéancier

La présidente-directrice générale de Vélo Québec, Suzanne Lareau, s’est dite «très contente» de l’annonce, tout en soulevant une inquiétude quant à l’absence d’échéancier à long terme.

«On nous propose une trentaine de kilomètres qui seraient complétés d’ici la fin 2021, donc si ça se fait, c’est une très bonne nouvelle. Mais on ne nous parle pas de l’échéancier pour le reste du réseau, qui est quand même 154 km», a-t-elle mentionné.

Pour 2019, le REV est financé à même le budget vélo régulier de la Ville de Montréal, soit 15 millions $. Mme Lareau espère que le budget sera au moins doublé dans les prochaines années.

Le chef de l’opposition Lionel Perez a été surpris d’apprendre que la rue Saint-Denis serait incluse dans le REV. «Ce n’est certainement pas ça qui va aider les commerces de la rue Saint-Denis, sans parler de la fluidité de la circulation dans ce secteur, qui risque de se détériorer grandement», a-t-il dit.

L’administration Plante avance pour sa part que l’ajout de pistes cyclables semblables à New York, notamment, a été bénéfique pour les commerçants.

La Ville a aussi profité de l’occasion pour présenter sa programmation vélo 2019-2020. Au total, de nouvelles voies cyclables seront installées sur 26 km, et des zones tampons pour prévenir les emportiérages seront peintes au sol sur 10 km.

Axes mis en place d’ici 2021

- Berri/Lajeunesse/Saint-Denis

10 km

Du boulevard Gouin jusqu’au boulevard De Maisonneuve

- Viger/Saint-Antoine/Saint-Jacques

7,6 km

De l’avenue De Courcelle jusqu’à la rue Berri

- Souligny (dès cet été)

5,3 km

De la rue Dickson à l’avenue Hector

- Peel

2,1 km

Du boulevard De Maisonneuve au jardin des écluses

- De Bellechasse

6,2 km

Du boulevard Saint-Laurent à la rue Chatelain