/news/currentevents

Une fillette de trois ans laissée à elle-même en pleine rue

Pierre-Paul Biron - Le Journal de Québec

Une fillette d’environ trois ans, laissée à elle-même en pleine rue, a été récupérée par des passants qui ont alerté la police de Québec. Il s’agit d’un deuxième événement semblable, alors que la fillette et sa sœur avaient été retrouvées, toutes seules et enfermées dans une chambre, en juin 2018.

L’événement avait fait grand bruit l’été dernier et la récidive qui s’est produite samedi soir a encore plus choqué le voisinage.

Vers 18 h 50, la petite a été aperçue, sortant de l’immeuble à logement où elle habite dans le secteur de Charlesbourg. Un automobiliste l’a vue traverser les quatre voies de circulation la séparant du dépanneur où elle a été prise en charge par des passants.

« Il nous a dit qu’il avait vu la petite traverser en courant. Il est passé sur la rouge et a fait clignoter ses lumières pour essayer de faire arrêter le trafic », raconte Mélanie Landry, qui habite tout près. Cette dernière et sa conjointe se sont ensuite occupées de la petite et ont appelé les policiers.

« Personne ne la cherchait »

Des patrouilleurs du SPVQ sont ensuite arrivés et se sont présentés à l’appartement de la mère pour voir ce qui s’y passait. « La mère est venue parce que la police est allée. Sinon, elle n’avait jamais réalisé qu’il lui manquait une petite. Ce n’est pas normal qu’après trente minutes, personne ne la cherchait », s’indigne Mme Landry.

Selon des témoins, une équipe d’intervenants de la DPJ ont accompagné les policiers dans l’appartement de la famille. La grand-mère de l’enfant est aussi arrivée sur les lieux pendant l’intervention, d’après les gens qui se sont confiés au Journal de Québec.

« C’est de la négligence pure et dure », déplore Danny Pelletier qui se dit inquiet pour la fillette avec les récents événements médiatisés qui ont impliqué la DPJ. « Il ne faut pas en échapper d’autres, il ne faut pas attendre qu’on ait une autre histoire comme Granby. »

Pas d’arrestation

Le SPVQ confirme être intervenu sur les lieux pour une fillette seule dans la rue, mais ne peut donner plus de détails.

« Il y a eu intervention, mais dès que la DPJ est arrivée sur place, ce sont eux qui ont complètement repris le dossier. Il n’y a eu aucune arrestation », précise le lieutenant Yannick Berrouard, ajoutant qu’il ne s’agissait pas de la première intervention du SPVQ à cet endroit.

De son côté, la DPJ a rappelé ne pouvoir en aucun cas commenter ses interventions sur le terrain.

Pas la première fois

Le SPVQ était intervenu en juin 2018 au même endroit. La fillette et sa sœur jumelle étaient dans une chambre fermée à clé.

L’une d’elles se tenait debout dans le cadre d’une fenêtre ouverte au 3e étage. Des passants avaient alerté les policiers. Aucun adulte ne se trouvait sur place à ce moment.

L’appartement était insalubre et il n’y avait rien à manger. Les fillettes avaient faim et soif. La DPJ était intervenue. La mère et la grand-mère avaient été arrêtées.

— Avec la collaboration de Jean-François Racine