/news/society

La lutte contre la tordeuse des bourgeons de l'épinette reprend bientôt

Vanessa Limoges | TVA Nouvelles

La tordeuse des bourgeons de l'épinette continue sa progression dans les forêts du Québec. Pour ralentir sa prolifération, les avions-pulvérisateurs seront plus nombreux à sillonner le ciel de la province cette année.

Dès la semaine prochaine, les avions de la Société de protection des forêts contre les insectes et maladies (SOPFIM) devraient commencer leurs activités d'arrosage aérien d'insecticides biologiques. Les travaux vont s'échelonner sur cinq semaines.

Cette année, la SOPFIM compte neuf bases d'opérations, 62 avions d'arrosage, 8 hélicoptères, 15 avions de surveillance et 284 employés.

«L'an dernier, on a pulvérisé 337 000 hectares et cette année, on prévoit s'attaquer à 447 000 hectares de forêts publics et privés», a souligné le directeur général de la SOPFIM, Jean-Yves Arsenault.

L'insecte a gagné du terrain dans les dernières années. Sur la Côte-Nord, en 2018, les superficies touchées avaient augmenté de 6 % par rapport à 2017 alors qu’en Gaspésie, on parle d'une augmentation de l'ordre de 43 %.

«C'est là qu'on voit que l’augmentation est majeure, d'ici deux à trois ans, la péninsule va être couverte en entier par l'épidémie actuelle», a averti M. Arsenault.

Au Québec, 7,1 millions d'hectares étaient infestés en 2017 comparativement à 8,1 millions en 2018.

Québec investira 37 millions $ dans cette lutte en 2019, afin de protéger la forêt publique, privée ainsi que les investissements sylvicoles en forêt publique.

Avec les niveaux de population actuels, la SOPFIM ne tente pas d'éliminer la tordeuse, mais plutôt de faire en sorte que les arbres passent au travers de l'épidémie en protégeant 50 % de leur feuillage.