/news/culture

Un Québécois dit avoir sauvé la chanson «Give Peace a Chance»

Jean-Philippe Daoust

 - Agence QMI

Archives / Agence QMI

Le producteur et ingénieur de son québécois André Perry a l’impression d’avoir «sauvé les meubles» lorsqu’il entend la chanson «Give Peace a Chance», que John Lennon et Yoko Ono ont enregistré en 1969 dans une chambre de l’hôtel Le Reine Elizabeth de Montréal.

«J’entends qu’on a sauvé les meubles, parce que c’était inutilisable», a affirmé M. Perry en entrevue avec Benoit Dutrizac sur QUB radio, mardi matin.

Il se rappelle que les gens présents lors de l’enregistrement de la chanson tapaient sur n’importe quoi. «Il y avait quelqu’un avec un tambourin, des gens qui tapaient sur des cendriers, a-t-il raconté. C’était absolument inutilisable, parce que c’était comme un cirque cette histoire-là»

À l’émission «Dutrizac de 6 à 9», l’ingénieur du son a expliqué comment, en studio, après la tenue du célèbre «bed in» pour la paix dans le monde, il a retravaillé la chanson avec des amis, tels que Robert Charlebois et Mouffe.

«À toute fin pratique, l’enregistrement a été un peu sauvé et aussi apprécié énormément par John Lennon», a poursuivi André Perry, dont le nom figure sur la pochette de l’album.

Dans la même catégorie