/news/politics

Éric Caire défend Amazon

Francis Halin | Journal de Montréal

PHOTO FRANCIS HALIN

Le ministre délégué à la Transformation numérique gouvernementale, Éric Caire, ne pense pas qu’Amazon fasse du «lobbyisme caché» en offrant des cours gratuits aux fonctionnaires, au moment où elle veut des contrats publics.

«Ce n’est pas du lobbyisme caché. Ce n’est pas nouveau. Ça fait quelques décennies que ça existe. Ça existait dans mon temps», s’est défendu hier le ministre délégué à la Transformation numérique gouvernementale, Éric Caire, en marge d’un événement dans les bureaux montréalais du MILA.

Lundi, le président du Syndicat de la fonction publique et parapublique du Québec (SFPQ), Christian Daigle, était en furie d’apprendre qu’Amazon cible les fonctionnaires de l’État québécois avec sa nouvelle formation gratuite de deux jours «DigiGov».

«Je suis en colère. Ce n’est rien de moins que du lobbyisme caché que fait Amazon avec ce programme-là», avait-il lancé, en comparant ces cours à des «soirées Tupperware».

Pas influençables

Mais pour le ministre techno du gouvernement Legault, Éric Caire, Amazon peut bien offrir toutes les formations qu’elle veut, cela n’influencera pas les choix de son équipe.

«Les gens sont libres de les suivre, mais ce n’est pas vrai que sous le gouvernement de la Coalition avenir Québec (CAQ) les joueurs du privé vont, par quelque tactique que ce soit, déterminer des orientations que nous prendrons», a-t-il assuré.

Joint par Le Journal, le porte-parole du Commissaire au lobbyisme, Daniel Labonté, a dit suivre le dossier de près.

«Nous suivons l’actualité et pouvons prendre toutes les initiatives nécessaires pour le respect de la loi, mais elle prévoit quand même une exception concernant la présentation de produits et services», s’est-il limité à dire.

Dans la même catégorie