/regional/montreal/monteregie

La ministre Guilbault rencontre les sinistrés

Yves Poirier | TVA Nouvelles

Quelques heures après la publication d’une lettre ouverte, ceux qui n’en ont pas fini avec les inondations ont pu faire part de leurs attentes à la ministre de la Sécurité publique jeudi, à l’occasion d’une rencontre.

38 jours après le début des inondations, les signataires de la lettre ouverte «Inondations 2019, les caméras se retirent... le gouvernement aussi», soit neuf maires de la région de Vaudreuil-Soulanges, ont obtenu la confirmation de la part de Geneviève Guilbault que la presque totalité de la facture en lien avec l’hébergement sera remboursée.

«Nous avons eu une rencontre positive, franche et transparente, affirme la ministre de la Sécurité publique. J’ai entendu les préoccupations, les soucis et les questionnements. Nous avons parlé de notre nouveau programme annoncé le 10 avril dernier juste à temps pour cette crue printanière de cette année. Un nouveau programme qui simplifie la vie des sinistrés et qui nous a permis de donner déjà 24M$ en avance d’indemnisations pour permettre aux gens d’amorcer un retour vers une vie normale.»

Depuis le début des inondations, les frais d’hébergement ont monté en flèche pour les municipalités.

Les échanges à ce sujet ont rassuré les maires, dont celui de Terrasse-Vaudreuil. « Oui, nous avons eu des réponses à nos questions à cet égard, confirme Michel Bourdeau. On pourra transférer nos factures au ministère et le remboursement se situera entre 75% et 85%.»

Pour ce qui est de la reconstruction dans les zones inondations, Geneviève Guilbault maintient qu’il faut repenser toute la stratégie.

Elle a d’ailleurs tenu à sensibiliser les élus à ce sujet. « On veut tendre vers une vision très lucide de l’aménagement du territoire. Il y a des gens qui se trouvent dans des zones inondables manifestes et qui ne satisferont pas forcément les critères du programme. Mais si c’est possible de faire preuve d’une certaine flexibilité tout en respectant l’esprit du programme bien sûr, nous le ferons.»

Les maires veulent maintenant s’adresser à Ottawa. Ils se demandent où sont passées les Forces armées canadiennes pour les aider, notamment, dans les restaurations des infrastructures municipales.

Dans la même catégorie