/news/currentevents

Deux tigres impliqués dans un incident au Zoo de Saint-Édouard

Jonathan Roberge

 - Agence QMI

Policiers et agents de la faune ont dû intervenir d'urgence mercredi au Zoo de Saint-Édouard, à Saint-Édouard-de-Maskinongé, alors que deux tigres ont été accidentellement libérés de leur enclos.

Selon ce que TVA Nouvelles a appris, les agents de la SPCA, qui ont pris contrôle du zoo il y a un peu plus d'une semaine, ont demandé l'aide des agents de la faune et la Sûreté du Québec a aussi été dépêchée sur les lieux. Les deux bêtes se sont échappées de leur enclos habituel, mais elles étaient toutefois confinées dans un espace sécurisé et clôturé où seuls les employés ont normalement accès, entre autres pour nettoyer l'enclos.

Cet endroit est conçu de manière à ce que les employés ne soient jamais en contact direct avec les animaux. En ouvrant et en fermant différentes portes pour confiner les animaux, ils peuvent pénétrer dans l'enclos principal de façon sécuritaire.

Protocoles de sécurité

L’experte en formation animalière Jacinthe Bouchard, de Zoo Académie, a rappelé pour sa part qu'il existe des protocoles d'intervention très clairs pour éviter ce genre de situation très dangereuse. Les clôtures doivent notamment être cadenassées et enchaînées.

«Tout ça doit être vérifié au moins deux fois par jour. Les cadenas, les chaînes et l'intensité des clôtures électriques. Il faut s'assurer que les enclos sont sécuritaires. Chaque fois qu'on entre dans un parc, on doit défaire la chaîne», a dit Mme Bouchard.

«Malheureusement, il est déjà arrivé dans différents parcs animaliers que des animaliers soient morts ou aient été sérieusement blessés. C'est toujours parce qu'ils ne sont pas entrés dans le bon enclos ou parce qu'il y a eu une négligence humaine. Que ce soit parce qu'on n'a pas vérifié la sécurité des parcs ou parce que des cadenas avaient été mal barrés. Il y a des protocoles de supervision à faire. Clairement, il s'est passé quelque chose», a-t-elle expliqué.

«Je ne veux pas parler de ce cas précis, mais ça indique quand même que les animaux ne sont pas stressés. Un grand félin qui souhaite vraiment se sauver, il n'y a pas grand-chose à faire pour l'attraper. Il ne revient pas de lui-même. S'il le fait de sa propre volonté, c'est qu'il y est relativement bien», a tranché Mme Bouchard.

Mauvais état

La SPCA a réagi par voie de communiqué plus tard dans la journée, vendredi, en expliquant ce qui est arrivé, sans toutefois parler des protocoles de sécurité, notamment de la présence ou non d’une chaîne pour sécuriser l’enclos.

«La sortie des tigres a été constatée rapidement par le personnel de la SPCA, présent 24 h/24, qui a immédiatement avisé la Sûreté du Québec (SQ) et le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs (MFFP) de la situation, a confirmé la SPCA, vendredi. Des experts de la Humane Society International (HSI), qui étaient sur place, ont fait entrer les tigres dans leurs enclos calmement, sans aucune blessure ne soit occasionnée aux humains ou aux animaux.»

La SPCA s'est défendue en disant que, le jour de l’incident, des experts de l'organisme Aquariums et zoos accrédités du Canada et du ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs se sont rendus sur place pour évaluer les lieux. «Ces experts ont conclu que la sortie des tigres était due au bris d’une soudure rouillée sur la porte de leur enclos. Ils ont constaté et conclu que certaines installations du zoo, dans l’état où elles sont depuis le début de la perquisition, représentent un danger et que certains animaux doivent être déplacés le plus rapidement possible pour assurer la sécurité publique», peut-on lire dans un message de la SPCA.

L’organisation a ajouté qu’elle, le ministère et Aquariums et zoos accrédités du Canada travaillent conjointement «afin de reloger le plus rapidement possible» plusieurs animaux dans d'autres établissements».