/news/culture

David Bernard a le vent dans les voiles

Béatrice Gravel | Agence QMI

 - Agence QMI

David Bernard est loin de l’époque où il ouvrait la valise numéro 26 au «Banquier»... Conférencier, auteur, papa, amoureux et bientôt époux, il anime la troisième saison de «Direction la mer», qu’on peut voir sur la chaîne Évasion depuis le 10 avril.

«Il y a toujours eu une grande histoire d’amour entre la mer et moi, confie l’animateur. C’est un endroit qui me nourrit, qui représente la vie. Elle signifie d’ailleurs beaucoup pour moi, avec mes trois saisons à l’animation de ¨Direction la mer¨! J’ai visité la côte est américaine de fond en comble. Elle représente également un beau moment de mon enfance: je suis allé à Walt Disney World, en Floride, avec mes parents et mes deux frères. On a passé quelques jours au bord de la mer et j’en garde un heureux souvenir.»

Cette saison, à «Direction la mer», son périple sur la côte est se poursuit d’Ocean City, au Maryland, à Myrtle Beach, en Caroline du Sud. «J’ai beaucoup aimé Myrtle Beach! Il y règne une belle énergie. On y trouve des activités pour toute la famille. J’ai également bien apprécié les Outer Banks (en Caroline du Nord). Trois épisodes les présentent. On a visité, entre autres, Nags Head, Hatteras et Kill Devil Hills. Hatteras est la mecque du sport à voile. C’est le meilleur endroit sur la planète où apprendre à faire du kitesurf!»

Cap sur la Floride

Les tournages de la quatrième saison se sont terminés le 14 mai. Pour celle-ci, «Direction la mer» se déplace en Floride. «Le concept initial était de visiter des endroits de la côte est accessibles en voiture, explique David. Pour aller en Floride, on doit rouler pendant deux jours... Mais, puisque c’est un endroit chouchou des téléspectateurs et des Québécois, je pense que ça va combler leurs attentes.»

Le public pourra, entre autres, suivre les aventures de David à Hollywood Beach, à South Beach (Miami), à Saint Augustine Beach, à Fiesta Key et à Delray Beach. «On présentera des destinations qui vont ¨puncher¨, affirme l’animateur. Il va y avoir beaucoup d’action, et plusieurs activités amusantes seront proposées.»

Bientôt un homme marié!

Si David est un peu moins présent sur nos écrans, il ne chôme pas pour autant. «Je suis conférencier depuis 12 ans. Durant la dernière année, j’ai été sur la scène d’un stade à Bercy et au Zénith de Paris. Je suis en pourparlers pour donner plus de conférences en Europe. Il se pourrait que je m’y rende plus souvent à partir de 2020. Au Québec, je propose aussi plusieurs conférences pour des galas et des congrès.»

D’ailleurs, durant l’année 2020, un projet majeur se concrétisera pour David. «Je prévois me marier le 19 septembre 2020! J’ai fait la grande demande à Noël. J’ai été chanceux: elle a dit oui!»

L’heureuse élue se nomme Anne-Marie Riel. Ils forment un couple depuis 2017.

Quête spirituelle et vacances

Par ailleurs, l’animateur-conférencier se consacre à l’écriture de son sixième livre, dont le titre provisoire est «La transformation». Rappelons que David a publié son dernier livre, «Créer un impact», le 29 mars.

«Je me passionne pour trois grands arcs: la philosophie, la religion et la spiritualité. Voir à quel point les êtres humains peuvent être influencés ou à la recherche de vérités me fascine, explique l’auteur. Depuis 20 ans, je me promène avec cette quête. En Thaïlande, j’ai appris le bouddhisme pendant plusieurs mois. Je suis également allé au Sri Lanka apprendre l’hindouisme. Je m’immerge vraiment dans ces endroits. En résumé, la quête spirituelle de l’humain sera le thème de mon prochain livre! Je prévois le publier en 2020.»

Avec tout cela, quand aura-t-il de vraies vacances? «Lorsqu’on me parle de vacances, je pense d’abord aux vacances en famille. C’est le rôle que je préfère (être papa et amoureux), plus encore qu’animateur, conférencier ou auteur. Pour moi, les vacances consistent à être avec ma fille, Eva, qui a cinq ans et demi, et ma blonde, Anne Marie. Simplement être ensemble, quelque part où on est bien! Le plan, c’est de ne pas avoir un été trop chargé pour que je puisse continuer à écrire et à développer tout en ayant du bon temps avec ma gang!»

Dans la même catégorie