/news/society

Le régime cétogène de plus en plus populaire

Étienne Paré | Agence QMI

ÉTIENNE PARÉ/AGENCE QMI

Le régime cétogène, aussi appelé keto, ne cesse de gagner des adeptes au Québec, mais les spécialistes restent divisés sur cette diète qui vise essentiellement à éliminer les sucres pour les remplacer par des gras.

Chaque matin depuis un an et demi, Nathalie Laforest boit son café avec de la crème 35 %. Au diner et au souper, elle privilégie les viandes, souvent même avec des sauces grasses. Son repas est parfois accompagné de légumes, mais très rarement de fruits et de pain, deux aliments à proscrire dans un régime cétogène à cause de leur forte teneur en glucides.

«J’ai essayé tous les régimes, mais j’ai toujours repris le poids que j’avais perdu. C’est la première fois que je trouve quelque chose qui fonctionne», a raconté Nathalie Laforest, les yeux mouillés quand elle aborde sa perte de poids de près de 100 livres en 18 mois.

À 50 ans, celle qui avait un problème de surpoids depuis l’adolescence s’apprête à participer au Grand défi Pierre Lavoie pour la première fois. Samedi, elle a livré un témoignage lors du premier Ketofest, qui a attiré quelques centaines d’adeptes à Montréal.

Un effet de mode?

Sur place, près d’une vingtaine de commerçants étaient aussi venus présenter leurs produits cétogènes.

«C’est un marché qui est en pleine expansion. Quand on a ouvert en janvier, on avait quatre clients par semaine. Aujourd’hui, on en a une dizaine par semaine», s’est réjouie Dominique Viens, propriétaire de Ketoclub, un traiteur cétogène de Mirabel.

Mme Viens cuisine des desserts, du pain et des chocolats compatibles avec un régime cétogène puisqu’ils sont préparés avec des édulcorants plutôt que du sucre traditionnel.

De plus en plus de grandes entreprises, comme McDonald's ou IGA, proposent aussi des produits cétogènes.

«Ce n’est pas une mode. C’est là pour rester. Il y a des fondements scientifiques», est convaincue la Dre Èvelyne Bourdua-Roy, qui recommande le régime keto à ses patients, notamment pour mieux contrôler le diabète de type 2.

Un régime dénaturé

Le Dr Maurice Larocque, qui traite l’obésité depuis près 40 ans, ne conteste pas les bénéfices d’un régime cétogène. Il est cependant d’avis que la diète, telle qu’elle est présentée sur les réseaux sociaux depuis quelques années, n’a à voir avec celle qu’il prescrit depuis plusieurs années.

«Il y a beaucoup de désinformations sur internet. Quand on dit aux gens qu’ils vont maigrir en mangeant du bacon et en jeûnant, c’est complètement faux. On peut maigrir en baissant les glucides, mais on n’a pas besoin de compenser par du gras», a prévenu le Dr Larocque.

Selon lui, un régime cétogène doit être temporaire pour être efficace.

Or, Nathalie Laforest a bel et bien l’intention d’en faire un mode de vie.

«Il n’est pas question que je revienne en arrière. Je n’ai même plus envie de manger du sucre», conclut-elle, déterminée.

Dans la même catégorie