/news/law

Il se fait passer pour un cousin afin d'agresser une ado

Olivier Roy Martin | Journal de Québec 

Stock adobe

Un homme de la Côte-Nord a écopé de 54 mois de prison pour avoir agressé sexuellement deux adolescentes, dont l’une en se faisant passer pour son cousin afin de se faufiler jusque dans son lit d’hôpital.  

Steeve Bellefleur a été reconnu coupable lundi au palais de justice de Baie-Comeau d’agression sexuelle sur deux mineures, d’avoir obtenu des services sexuels moyennant rétribution d’une personne de moins de 16 ans, de s’être livré au trafic de stupéfiants, d’avoir commis des voies de fait et de leurre informatique.     

Lors du procès qui a duré moins de deux heures, Bellefleur a plaidé coupable à tous les chefs d’accusation, ce qui a évité aux victimes de témoigner.     

Au début de l’été 2017, deux adolescentes, dont l’une de moins de 16 ans, de la réserve autochtone de Pessamit, située à 54 km au sud-ouest de Baie-Comeau, ont rencontré Bellefleur sur une plage du territoire de la communauté innue.     

Dans les jours suivants, l’homme alors âgé de 50 ans, a fait une demande d’amitié sur Facebook à l’une des deux adolescentes, qui a accepté.

Même si Bellefleur savait que sa nouvelle « amie Facebook » était mineure, il lui a donné de l’alcool dans son camion stationné au bout d’une rue lors d’une autre rencontre. 

Le cinquantenaire l’a par la suite incitée à lui faire une fellation à l’arrière du véhicule.     

Drogues contre faveurs

Les mois suivant leur première rencontre, l’homme originaire lui aussi de Pessamit donnait à l’adolescente des drogues dures comme de la cocaïne, de l’argent ou de l’alcool pour obtenir des faveurs sexuelles.     

Ces rencontres se déroulaient toujours dans des lieux isolés dans la forêt ou dans les environs pour échapper aux regards parce que l’accusé était conscient de l’illégalité de ses gestes, selon la Couronne, qui a ajouté que quand l’adolescente refusait ses avances, il lui serrait les bras et les cuisses jusqu’à lui « faire mal ».     

L’adolescente est rapidement devenue dépendante aux drogues et a tenté à trois reprises de s’enlever la vie.     

Alors qu’elle était hospitalisée après sa troisième tentative de suicide, l’adolescente a contacté son agresseur pour qu’il lui livre de la drogue.     

Parce qu’il était seulement autorisé aux membres de sa famille de lui rendre visite, l’agresseur a fait croire au personnel de l’hôpital qu’il était son cousin.     

Il lui a remis un comprimé de métamphétamine et un collier avec une petite croix. Profitant de sa vulnérabilité, il a caressé les parties intimes de l’adolescente alors paralysée par ses gestes.     

«C’est tordu», dit le juge

«Vous faire passer pour quelqu’un d’autre... c’est tordu», a affirmé le juge Michel Dionne.     

En ce qui a trait à l’autre victime, il l’a embrassée sur la bouche malgré son refus après une soirée arrosée et, à au moins une reprise, le quinquagénaire a insisté pour que ses deux victimes s’embrassent.     

Bellefleur est emprisonné depuis 20 mois ; il doit encore purger les 34 mois restants de sa peine dans un pénitencier fédéral.