/news/culture

Plus de 150 artistes et près de 80 spectacles au Festival de la chanson de Granby

Agence QMI

Dominick Gravel/Agence QMI

Incubateur de la relève musicale francophone depuis cinq décennies, le Festival international de la chanson de Granby (FICG) offrira une visibilité à 161 artistes – connus ou pas – lors de sa 51e édition, du 14 au 24 août prochain.

Spectacles gratuits

Parmi les 78 spectacles qui seront proposés, trois grands événements extérieurs seront présentés gratuitement, les trois derniers jours de l’événement, au parc Daniel-Johnson.

Le 22 août, la nouveauté «French-moi» regroupera entre autres Debbie Lynch-White, Pascale Picard, Salomé Leclerc et Antoine Lachance appelés à revisiter des airs anglophones célèbres.

«Ce sera des chansons connues par tout le monde, mais dont nous aurons fait faire l’adaptation en français, détaille Erick-Louis Champagne, directeur de la programmation du FICG. On pourrait penser à une chanson de Led Zeppelin, à une d’Elton John. Avec les paroles à l’appui sur les écrans géants, les gens seront en mesure de chanter...»

Le lendemain, ce sera le retour de l’initiative «Musiques de notre monde», rafraîchissant métissage musical. Les univers de Vincent Vallières et Djely Tapa se marieront, tout comme ceux d’artistes comme Diogo Ramos, Sally Folk, Bia, Yves Lambert et Florence K.

«On prend des artistes connus au Québec et on fait un jumelage avec des artistes issus des différentes communautés qui sont arrivées au Québec et pour qui la musique est teintée de leur pays d’origine.»

Le rendez-vous de clôture a été confié à Patrice Michaud, gagnant du FICG en 2009

«C’est une autre preuve que ça se peut de faire carrière en chanson», ajoute Erick-Louis Champagne.

Hors Québec

Événement phare du festival, le Grand Concours braquera ses projecteurs sur 24 demi-finalistes de tous âges, du 14 au 17 août, au Palace de Granby.

Avec des antennes sur les terres de l’ouest du Canada, en Ontario et dans les Maritimes, le FICG fait toujours une place à des chanteurs qui ont choisi le français, mais qui habitent à l’extérieur de la province.

«La chanson francophone, on l’appuie partout au pays. En donnant une place aux gens qui ont gagné le concours régional, ça leur permet de vraiment cheminer et de penser à une carrière», dit le directeur de la programmation.

«C’est de plus en plus intéressant de pouvoir permettre aux gens du Québec de se rendre compte que la chanson francophone qui se fait ailleurs bonne aussi.»

Depuis 2010, quatre gagnants proviennent de l’extérieur du Québec: Lisa LeBlanc, Caroline Savoie, Pierre Guitard et Lord Byrun. «Quand ils sont rendus à Granby, ça fait un an qu’ils ont gagné l’autre concours; ils ont donc eu des ateliers de formation, de performance, de la spécialisation, de la professionnalisation. Ils arrivent ici pas mal prêts», détaille Erick-Louis Champagne.