/news/politics

Vers un gouvernement accessible «24h/24, 7 jours sur 7»

Nicolas Lachance | Le Journal de Québec

Le gouvernement a lancé en grande pompe ce matin sa stratégie de Transformation numérique axée principalement sur le retour des fonctionnaires sur les bancs d’école. Un vaste chantier de 1,2 milliard $ sur 10 ans.

Le ministre de la transformation numérique, Éric Caire, promet «des services publics adaptés» aux citoyens. Moins d’attente et d’incertitude, moins d’heures passées au téléphone, moins de paperasse et de démarches compliquées, dit-il. Des services en ligne et «sécuritaires».

Le gouvernement a de grandes ambitions et compte mesurer la progression de la transformation grâce à des cibles précises (voir ci-bas).

Formations

Dès l’automne, le gouvernement paiera des formations à ses fonctionnaires dans le cadre de l’Académie de la transformation numérique de l’Université Laval. Ces derniers y développeront de nouvelles compétences et pourront ainsi soutenir la transformation numérique. L’École nationale d’administration publique formera les cadres avec un programme en gouvernance numérique.

Le projet avait été annoncé par les libéraux en juin dernier. Le gouvernement de la CAQ considère maintenant que ces institutions sont de «partenaires majeurs» de la stratégie de transformation. Québec a donné 6 M$ à l’Université Laval pour le déploiement de son académie.

Cependant, rien pour le moment n’assure au gouvernement qu’une fois formés, les employés resteront dans leur rang. À l’heure actuelle, il y a une pénurie de main-d’oeuvre dans le secteur des TI. Et, le gouvernement peine à offrir les salaires compétitifs du secteur privé.

«On pense que si on est capable de se transformer suffisamment, on va être attractif, on va avoir des projets qui sont attractifs (...) avec des environnements de travail qui sont attractifs», a souligné Éric Caire. Il admet néanmoins compter sur le renouvellement de la prochaine convention collective des employés de l’État afin «d’offrir des salaires plus compétitifs».

La rectrice de l’Université Laval, Sophie d’Amours, croit que la «nature des projets» qui seront mis de l’avant par l’État devrait plaire aux fonctionnaires.

Plusieurs travaux

Dans l’ensemble, les grandes lignes de la transformation avaient déjà été révélées.

Il veut que le citoyen soit au cœur de la transformation, en favorisant la communication en temps réel entre les Québécois et les services gouvernementaux.

Quelques projets sont déjà en chantier, comme le dépôt du projet de loi 14 favorisant la transformation numérique. À terme, l’objectif est de modernisation de la Loi sur l’accès à l’information.

Il compte également mettre sur pied le Centre québécois d’excellence numérique (CQEN), une entité administrative «consacrée à la transformation numérique au sein du Secrétariat du Conseil du trésor».

Sécurité nationale

La consolidation des centres de données du gouvernement du Québec avait aussi déjà été annoncée. Le Conseil du trésor a annoncé récemment son désir de placer au moins 80% des données des Québécois dans un système infonuagique appartenant à des entreprises privées comme IBM, Amazon et Microsoft.

Une décision qui fait réagir depuis son annonce. Pour le chef du Parti québécois, Pascal Bérubé, il s’agit d’un enjeu de «sécurité nationale».

«Ce qui m’inquiète, c’est que nos données personnelles soient données à de grandes entreprises comme Amazon et Google. Ça m’apparaît imprudent», a-t-il dit, commentant le dévoilement de la stratégie numérique.

16 cibles pour réussir la transformation

1. Moderniser le cadre légal pour soutenir la transformation numérique

2. Publier le standard des pratiques numériques

3. Lancer l’offre de service d’accompagnement numérique

4. Lancer une première offre de formation sur le numérique

5. Faciliter l’accès à un laboratoire d’essai des services publics

6. Adopter la stratégie d’introduction à l’intelligence artificielle

7. Lancer une plateforme de notification par courriel et par message texte

8. Lancer la Vitrine numériQc, un carrefour de partage d’expériences numériques

9. Lancer un outil de rétroaction et de commentaires pour les services publics

10. Lancer une plateforme gouvernementale de consultation publique

11. Offrir de l’encadrement supplémentaire en cybersécurité

12. Lancer le programme d’adoption de l’infonuagique

13. Lancer une plateforme sécurisée pour l’échange des données

14. Réaliser l’architecture de l’information gouvernementale

15. Lancer le Baromètre numériQc

16. Élaborer un cadre de gestion des bénéfices

Les coûts de la transformation

1,2 M$ sur 10 ans, incluant le projet Brancher Québec

De cette somme:

950 M$ sur 10 ans en investissement pour les projets et l’achat de l’équipement

212 M$ d’ici 4 ans pour la création du Centre québécois d’excellence numérique (CQEN), les dépenses et la formation des employés. Le Conseil du trésor y dépensera 12 M$.

Dans la même catégorie