/news/politics

Nouvelle demande pour une commission d'enquête sur la tragédie ferroviaire de Lac-Mégantic

Émilie Bergeron | Agence QMI

Un regroupement d’élus fédéraux et de citoyens profitent du vent électoral qui souffle sur la colline parlementaire pour réclamer une fois de plus une commission d’enquête publique sur la tragédie ferroviaire de Lac-Mégantic.

«Justice n’a pas été rendue envers les familles de 47 victimes, les 27 orphelins et plusieurs Méganticois qui ont été sévèrement touchés au niveau psychologique, physique et matériel», a dit mardi Robert Bellefleur, porte-parole de la Coalition des citoyens et organismes engagés pour la sécurité ferroviaire à Lac-Mégantic.

La députée bloquiste Monique Pauzé, qui déposera mercredi au Parlement une pétition exigeant la tenue d’une commission d’enquête, a dit espérer que l’approche de la campagne électorale fédérale forcera les partis politiques à prendre des engagements en ce sens.

La pétition, la troisième du genre, compte 3792 signataires et est appuyée par la chef du Parti vert, Élizabeth May et le député néodémocrate Robert Aubin.

Le ministre des Transports, Marc Garneau, a toutefois catégoriquement fermé la porte à une commission d’enquête lorsqu’interrogé en mêlée de presse.

«La lumière a été faite sur tout ce qui s’est passé à Lac-Mégantic», a-t-il dit en mentionnant l’enquête «exhaustive» du Bureau de la sécurité des transports du Canada (BST).

«Je crois que les Méganticois veulent passer à autre chose maintenant. Ça fait presque six ans. [...] C’est pour ça qu’on met en place une voie de contournement», a ajouté M. Garneau.

Mme Pauzé estime de son côté que le rapport du BST a été «adouci » et «édulcoré» en raison de pressions politiques ainsi que de l’industrie ferroviaire.

En avril 2018, les élus de l’Assemblée nationale ont adopté une motion sommant Ottawa de déclencher une commission d’enquête publique sur la tragédie ferroviaire survenue le 6 juillet 2013.

Cette demande survenait quelques mois après que trois ex-employés de l’ancienne compagnie Montreal Maine & Atlantic Railway (MMA) eurent été reconnus non coupables de négligence criminelle causant la mort.

«La sécurité ferroviaire ne s’est pas améliorée au Canada depuis 2013», a ajouté M. Bellefleur en évoquant une raison de plus nécessitant une commission d’enquête.

Selon des statistiques préliminaires du BST, l’année 2018 a été marquée par une hausse de 7 % des accidents ferroviaires.

Le député Robert Aubin a fait valoir qu’il manque d’inspecteurs pour vérifier l'état des infrastructures ferroviaires sur le terrain.

«Comme dernier cadeau avant [l’élection fédérale cet automne], je demande à notre ministre des Transports de déclencher cette commission d’enquête et je pense que ça contribuera à remettre un peu de crédibilité aux dernières années de ce gouvernement et à la classe politique en général», a indiqué Anne-Marie Saint-Cerny, auteure du livre «Mégantic : une tragédie annoncée».

Dans la même catégorie