/news/politics

Laïcité et immigration: Jolin-Barrette prêt à assumer ce legs politique

Geneviève Lajoie | Journal de Montréal

Simon Jolin Barrette

Simon Clark/Agence QMI

Le ministre Simon Jolin-Barrette ne serait pas gêné que les lois sur la laïcité et l’immigration constituent son legs politique.

«J’en serais très fier parce que le projet de loi sur la laïcité, c’est un avancement majeur pour la société québécoise, a-t-il mercredi. Je serais très fier que mon nom soit associé à ces deux projets (de loi)».

Le ministre balaie du revers de la main les critiques de l’opposition libérale, qui lui reproche de piloter une pièce législative aux effets sexistes en raison de l’interdiction des signes religieux chez les employés de l’État en position d’autorité.

«Je ne partage pas du tout leur avis et à contrario, moi je vous dis que le projet de loi, il est générateur de droits et je pense que c’est une avancée majeure» pour la société québécoise, a-t-il insisté, alors que s’amorce la deuxième journée de l’étude détaillée du texte de loi 21, que le gouvernement Legault souhaite adopter avant l’été.

Simon Jolin-Barrette estime d’ailleurs que l’autre projet de loi qu’il porte, sur la réforme du système d’immigration, est tout aussi important pour la CAQ et pour les Québécois. Le gouvernement souhaite abandonner le traitement de 18 000 dossiers pendants de candidats à l’immigration inscrits en vertu de l’ancien système et imposer des tests de valeurs et de français aux nouveaux arrivants.

«Les deux dossiers sont fondamentaux pour le gouvernement et pour tous les Québécois et Québécoises», a-t-il renchéri. Plus tôt cette semaine, François Legault n’a pas exclu de prolonger la session parlementaire ou d'utiliser le bâillon pour forcer l’adoption des deux pièces législatives avant les vacances estivales.

Dans la même catégorie