/regional/sherbrooke/estrie

L'anxiété grimpe ces jours-ci chez les finissants

Jasmin Dumas | TVA Nouvelles 

Près d'un finissant sur trois au secondaire souffre de troubles anxieux. Avec les examens du ministère qui commencent et le bal de fin d'année qui s'en vient, le niveau de stress monte ces jours-ci. Quelques-uns se sont confiés à TVA Nouvelles, mercredi, à l'aube d'une étape importante de leur vie.

La fin du secondaire est un tournant dans la vie des adolescents. Ils quitteront bientôt l'univers qui les a vus grandir au cours des cinq dernières années. Certains s'expatrieront loin du domicile familial pour débuter leurs études collégiales, mais avant tout, il faut réussir les examens du ministère.

«D'habitude, les examens ne me stressent pas, mais là j'avoue que ça me stresse beaucoup, a raconté Éliane Del Cardo. C'est ça qui va décider si je peux avoir mon diplôme. Ça se traduit en une fatigue constante. Je finis mes journées et je suis complètement épuisée.»

David-Mathieu Chauvette sent lui aussi un poids sur ses épaules. «Tout arrive en même temps, il faut s'organiser», a-t-il mentionné.

«On essaie de se trouver des activités à l'extérieur de l'école pour se changer les idées», a enchaîné son ami Anthony Bombardier.

«Les réseaux sociaux, les standards de performance, ce sont des facteurs qui causent beaucoup de stress chez les jeunes», a indiqué la directrice de la Santé publique de l'Estrie, Mélissa Généreux.

«Je vois des enfants qui ont des problèmes d'apprentissage ou de comportement et je vous dirais que le dénominateur fréquent que je vois, c'est vraiment l'anxiété», a fait remarquer le pédiatre social Francis Livernoche.

Pour aider les élèves à faire face à cette problématique grandissante, un programme de prévention des troubles anxieux est déployé dans des écoles secondaires de la région. Un projet-pilote sera déployé dans une école primaire.

«C'est important d'intervenir à un âge précoce pour outiller les enfants», a expliqué Julie Lane, directrice du Centre RBC d’expertise universitaire en santé mentale de l’Université de Sherbrooke.