/sports/homepage

Adonis Stevenson accorde une première entrevue tout en émotions

TVA Nouvelles

Le boxeur Adonis Stevenson a accordé jeudi une première entrevue à la caméra depuis le grave traumatisme à la tête subi lors de son dernier combat et qui a fait craindre pour sa vie.

Voyez l’entrevue intégrale de Nancy Audet avec Adonis Stevenson dans la vidéo ci-dessus.

«Je suis de retour. Adonis is back!», a annoncé le boxeur avec sourire au micro de Nancy Audet.

C’est avec émotion qu’il a remercié les Québécois qui ont prié pour lui alors qu'il se trouvait entre la vie et la mort. «Le Bon Dieu vous a entendu», a-t-il lancé.

Le boxeur, qui est de retour à la maison depuis vendredi dernier, a raconté le moment touchant où il a retrouvé ses enfants chez lui. «Quand je suis revenu à la maison, j’ai nommé leur nom et ils ont dit “Papa, tu t’en rappelles!”»

Stevenson, 41 ans, a perdu par K.-O. au 11e round contre Oleksandr Gvozdyk au Centre Vidéotron dans un duel de championnat du monde des mi-lourds du World Boxing Council, le 1er décembre dernier.

 

Il a subi un traumatisme craniocérébral ayant mis sa vie en danger et son état de santé précaire avait contraint les médecins à l’opérer.

Le boxeur porte les marques de cette opération, où d'imposantes cicatrices sont bien visibles sur son crâne.

Concernant sa réhabilitation, le boxeur note qu'il eu l'impression de «naître» une deuxième fois.

«T’apprends à marcher, t’apprends à manger, t’apprends un paquet d’affaires quand tu es dans le coma. C’est ce qui a été le plus difficile pour moi. Et j’ai appris, ça s’est passé vraiment très vite.»

La carrière de boxeur derrière lui, Adonis Stevenson poursuivra ses traitements avec des spécialistes. Il ne faut pas croire que «Superman» s'éloignera des rings pour autant, lui qui entend se tourner vers le métier d'entraîneur.

«Les jeunes qui veulent apprendre à boxer, je suis là! Je suis prêt pour eux!»

Le contrôle de ses actifs contesté

Stevenson, 41 ans, s’est déplacé en personne jeudi afin d’assister à l’audience sur le contrôle de ses biens.

D’un côté, sa conjointe et partenaire d’affaires, Simone God, qui a été nommée administratrice provisoire des biens, le temps qu’il prenne du mieux. Cela lui permet de payer les employés de son entreprise et de gérer leurs propriétés. 

De l'autre côté, Claudette Adonis, la mère du boxeur, réclame le contrôle des millions de son fils. Elle dit douter de la bonne gérance des avoirs du boxeur si on ne lui en confie pas, ainsi qu'à une autre personne de son choix, la responsabilité.

Dans ce litige, c’est un juge qui devra trancher. L’audience se déroule toutefois à huis clos.

Dans la même catégorie